Correspondance de Flaubert
Flaubert à Turquet (M.), Croisset, 29 janvier 1880
Correspondant
Notice
Chargement de l'image en cours ...

 

À M. TURQUET

 

[Croisset, 29 janvier 1880.]

 

Monsieur le sous-secrétaire d’État

 

Les admirateurs & les amis d’un des meilleurs poëtes de ce temps, Louis Bouilhet, ont voulu, par une souscription publique, élever un monument qui honorât le souvenir de cet homme de grand talent dans la ville qui fut sa patrie. Donc,

une fontaine surmontée du buste du poëte doit être incastrée [encastrée] dans la nouvelle bibliothèque que fait édifier la ville de Rouen.

L’architecte va commencer les travaux de maçonnerie, & le sculpteur MGuillaume n’attend plus que le marbre pr se mettre à l’œuvre.

Mais nos ressources sont limitées, & tout surcroît de dépense est pour nous considérable ! En ces circonstances, j’ai pensé, monsieur le sous-secrétaire d’État, que votre administration pourrait, comme elle l’a fait déjà dans des cas semblables, nous faire don du bloc de marbre, qui sous le ciseau d’un des maîtres de la sculpture moderne représentera les traits d’un véritable & grand poëte, une de nos gloires nationales.

Je m’adresse à vous, avec confiance, connaissant votre sollicitude pr tout ce qui touche aux arts – & je vous serai personnellement reconnaissant de ce que vous croirez pouvoir faire en notre faveur.

Je vous prie, monsieur le sous-secrétaire d’État, d’agréer mes hommages & de me croire votre très humble

 

Gustave Flaubert

Croisset, par Déville

Sne inférieure

29 janvier 1880.