Document pour L'Éducation sentimentale - P. 1
Choisir un folio      1 / 7    >>>
Chargement de l'image en cours ...
  Première idée —
 
  Il se monte la tête à l'idée de ce portrait et 
P. lui soutient
qu'elle a les
cheveux rouges.
pensant à ses cheveux d'or, à la beauté de sa chair,
il rêve d'en faire un Titien. Cette idée grandit, se
dévelloppe et se fixant en sa cervelle, lui empêche
de voir son modèle ; un titien est constamment
entre son œil et lui.
Commencements du
portrait.
état du portrait
dans les Ières séances
Le portrait commence, il a belle tournure, grande façon.
Il est enchanté et voit pour ce tableau un grand
succès. Le portrait avance, peu de ressemblance.
Il y a bien une parenté avec son modèle, ce sont ses
traits, mais non sa grâce, non sa manière d'être.
Observations faites par son entourage à ce sujet.
Il s'en inquiète peu, la ressemblance viendra plus
tard, quand il en sera temps, il n'en doute pas et ce
n'est pas là la difficulté. Elle est dans ce qui
ne les intéresse pas, dans le côté pictural de
l'œuvre qu'il cherche doit et qui compris, peut
acclamé par les artistes fera sa gloire.
Il raisonne tout en peinture, il a étudié les maîtres,
et surpris leurs secrets. Il sait les grandes lois
[illis.]         
Ce qu'il sait.
de la composition, l'équilibre des masses et des
lignes, le parti qu'on en peut tirer pour l'effet
dramatique ou gracieux qu'on cherche. Il sait
la théorie du contour et de son envelloppe que
ses maîtres n'ont pas cherché à déguiser, que le tintoret
            si 
emploie brutalement quelquefois. 


[Note: P. = Pellerin]