Notes sur Jean-Jacques Rousseau - f° 18 recto
Choisir un folio      <<<    33 / 55    >>>
Chargement de l'image en cours ...
  5




















 
                     flétrissaient
les Romains [honnissaient]  la profession du comédien - il n'y a
pas de distinction à faire entre les histrions & les acteurs cela
voulait
veut dire la même chose. - les Grecs seuls ont là-dessus été d'un
avis différent à celui des autres peuples. raisons religieuses (161-3
        C'est que la profession du comédien est déshonorante en elle-même
prostitution de sa personne "quel est donc au fond, l'esprit que 
le comédien reçoit de son état? un mélange de bassesse, de fausseté
de ridicule orgueil & d'indigne avilissement, qui le rend propre
à toute espèces de personnages, hors le plus noble de tous, celui
d'homme, qu'il abandonne". à force de feindre les vices, il
lui pourra bien en contracter qq uns "ne prendront jamais
la bourse d'un fils prodigue ou d'un père avare pr celle de 
Léandre ou d'Argan" (166.) dans une note Rousseau se rétracte
"il n'y a point de vices dont les comédiens soient moins
accusés que de la friponnerie; leur métier qui les occupe beaucoup
et leur donne même des sentimens d'honneur à certains égards 
les éloigne d'une telle bassesse" la vraie raison psychologique
Rousseau ne la voit pas.
                                          - le prédicateur & l'orateur se donnent
aussi en public, mais comme hommes, le comédien annule
X            
négation de l'Art.    Copie
X  
complétement sa personnalité "Que dirais-je de ceux qui semblent
avoir peur de valoir trop par eux-mêmes et se dégradent jusqu'à
représenter des personnages auxquels ils ress seraient bien fachés
de ressembler ?
 c'est un gd mal, sans doute, de voir tant de scélérats
dans le monde faire des rôles d'honnêtes gens; mais y a-t-il rien 
de plus odieux, de plus choquant de plus lâche qu'un honnête
homme à la comédie, faisant le rôle d'un scélérat, et déployant
tout son talent pr faire valoir de criminelles maximes dont
lui-même est pénétré d'horreur" (168)
de la pudeur des femmes 168-178.- plus on s'éloigne de la de
                                                        (en note:)
l'état primitif plus la pudeur cesse - "Je m'attends à l'objection
les femmes sauvages n'ont point de pudeur, car elles vont nues.
Je réponds que les nôtres en ont encore moins, car elles s'habillent.
- "Dans les gdes villes, la pudeur est ignoble & basse; c'est la
seule chose dont une femme bien élevée aurait honte, et l'honneur
d'avoir fait rougir un honnête homme n'appartient qu'aux
            femmes du meilleur air" (179) - l'argument tiré de
                  l'exemple des bêtes ne conclut rien. l'homme
                                        n'est point un chien ni un loup