Notes sur Jean-Jacques Rousseau - f° 22 verso
Choisir un folio      <<<    41 / 55    >>>
Chargement de l'image en cours ...
  un peuple dit Grotius peut se donner à un roi. Selon Grotius
un peuple est donc un peuple avant de se donner à un roi. ce
don même est un acte civil il suppose une délibération publique
Avant donc que d'examiner l'acte par lequel un peuple se donne à
élit
un roi, il serait bon d'examiner l'acte par lequel un peuple
est peuple. Car cet acte étant nécessairement antérieur à l'autre
il est le vrai fondement de la société." 96. il faut donc remonter
à un pacte social.
         Quand les hommes furent parvenus à ce point où les obstacles
qui nuisent à leur conservation dans l'état de nature l'emportèrent
par leur résistance sur les forces que chaque individu pouvait 
employer pr se maintenir dans cet état, alors le pacte 
social eut lieu. chacun de nous met en commun sa personne
et toute sa puissance sous la suprême direction de la volonté
générale et nous recevons en corps chaque membre comme partie
indivisible du tout
. cette personne publique formée par l'union
de toutes les autres s'appelait cité maintenant république ou corps
politique
 lequel est appelé par ses membres état quand il est passif
souverain quand il est actif puissance en le comparant à ses semblables
JJ. Rousseau omet de nous 
donner la preuve Historique. 
à l'égard des associés ils prennent collectivement le nom de peuple
et s'appellent en particulier citoyens comme participant à l'autorité
souveraine et sujets comme soumis aux lois de l'état. 
                       il y a donc un engagement réciproque du public avec
les particuliers et du particulier avec le public sous un double 
rapport, d'abord comme membre souverain envers les particuliers
et comme membre de l'état envers le souverain. 
                      le souverain ne pouvant se considérer que sous un
seul rapport est dans le cas d'un particulier contractant avec 
soi-même. par où l'on voit qu'il n'y a ni ne peut avoir
nulle espèce de loi fondamentale obligatoire pr le corps du peuple
pas même le contrat social (v p 33.) Mais le souverain ne
peut s'obliger même envers autrui à rien qui déroge à cet 
acte primitif comme d'aliéner qque portion de lui-même. "violer
l'acte par lequel il existe serait s'anéantir et ce qui n'est rien
ne produit rien" - attaquer un des membres du corps c'est 
attaquer le corps - le souverain n'étant composé que des particuliers
n'a nul besoin de garant envers les sujets parce qu'il est
impossible que le corps veuille nuire à tous ses membres.