Notes sur Jean-Jacques Rousseau - f° 26 verso
Choisir un folio      <<<    49 / 55    >>>
Chargement de l'image en cours ...
                     le bonheur
haine des Arts. v. Proudhon  s'insurge contre la vanité des siècles lettrés, vantés par les gens
de lettres - les émeutes, les guerres civiles ne font pas le vrai malheur
du peuple "un peu d'agitation donne du ressort aux âmes 
et ce qui fait vraiment prospérer l'espèce est moins la paix que
la liberté." il dit un peu plus haut "Quand les tracasseries
des gds agitaient le royaume de France et que le coadjuteur de
copie.      
X idée historique
Paris portait au parlement un poignard dans sa poche,  cela
n'empêchait pas que le peuple français ne vécût heureux &
nombreux dans une honnête aisance". c'est ce qu'il faudrait
démontrer. / -
le gouvernement fait un effort continuel contre la souveraineté : c'est là
le vice inhérent qui dès la naissance du corps politique tend sans
relâche à le détruire
le gouvernement de Genève 1° quand il se resserre 2° ou quand l'état
de dissout - 1° il se resserre quand il passe du gd nombre au petit
c'est-à-dire de la démocratie à l'aristocratie & de celle-ci à la royauté
2° par l'état il se dissout de deux manières - quand le prince
usurpe, il se forme un état dans le gd état qui n'est plus rien
au gouvernement - alors le pacte social est rompu - le même cas
arrive quand les membres du gouvernement usurpent séparément
le pouvoir qu'ils ne doivent exercer qu'en corps
                       J'appelle tyran l'usurpateur de l'autorité royale
et despote l'usurpateur du pouvoir souverain
         l'état subsiste par le pouvoir législatif. c'est pr cela
que l'on respecte surtout les vieilles lois. - plus elles vieillissent, plus
elles acquièrent de force dans un état bien constitué "le préjugé 
de l'antiquité les rend chaque jour plus vénérables, au lieu que partout
où les lois s'affaiblissent en vieillisant, cela prouve qu'il 
n'y a plus de pouvoir législatif & que l'état ne vit plus" 166.
        le souverain ne saurait agir que quand le peuple est
assemblé. cela se faisait à Rome (167) ch. XII.
outre les assemblées extraordinaires il faut qu'il n'y en ait de 
fixes & de périodiques. mais si le peuple n'est pas convoqué par
les magistrats préposés à cet effet, l'assemblée est illégitime
parce que l'ordre même de s'assembler doit émaner de la loi