Notes sur Jean-Jacques Rousseau - f° 27 recto
Choisir un folio      <<<    50 / 55    >>>
Chargement de l'image en cours ...
  6.
 Rousseau ennemi de la 
centralisation - et des
capitales. 
Il ne parle que des Petits États.
X
il ne faut ni partager l'autorité souveraine, ni la concentrer
dans une seule ville et assujettir tout le reste "il ne faut point
objecter l'abus des gds états à celui qui n'en veut que de petits"
toutes fois si l'on ne peut réduire l'état à de justes bornes, il reste
encore une ressource ; c'est de n'y point souffrir de capitale de
faire siéger le gouvernement alternativement dans chaque ville 
et d'y rassembler aussi tour à tour les états du pays." (171) en
répandant également la vie sur tout le pays l'état deviendra tout
à la fois le plus fort & le mieux gouverné qu'il soit possible 
il pose l'antagonisme
des Villes & de la Campagne
X
 
"souvenez-vous que les murs des villes ne se forment que du débris
des maisons des champs. à chaque palais que je vois élever dans 
la capitale, je crois voir en masures tout un pays" 
Quand le souverain est assemblé toute magistrature doit
cesser, la puissance exécutive est suspendue et la personne du
dernier citoyen est aussi sacrée et inviolable que celle du premier
magistrat parce qu'où se trouve le représenté, il n'y a plus
de représentant" (172)
haine de l'argent. Sitôt que le service public cesse d'être la principale affaire des
citoyens et qu'ils aiment mieux servir de leur bourse que de 
leur personne, l'état est déjà prêt de sa ruine....  à force
de paresse & d'argent ils ont enfin des soldats pr servir la 
patrie & des représentans pr la vendre".  - selon JJ
dans un état [bien] libre les citoyens font tout avec leur
bras & rien avec de l'argent - "Je suis loin des idées
est pr les corvées.
X
 
  
communes, je crois les corvées moins contraires à la liberté 
que les taxes." - ..  "sitôt que qqu'un dit des affaires de
l'état que m'importe, on doit compter que l'état est perdu
                    la souveraineté ne peut être représentée par la 
le peuple ne peut être représenté.

X
même raison qu'elle ne peut être aliénée. la volonté
générale ne se représente point - les députés du peuple ne
sont que ses commissaires ; ils ne peuvent conclure définitivement 
"toute loi que le peuple en personne n'a pas ratifiée est 
nulle, ce n'est point une loi
".