Notes sur Jean-Jacques Rousseau - f° 28 recto
Choisir un folio      <<<    52 / 55    >>>
Chargement de l'image en cours ...
   7.
  difficulté de distinguer la volonté du peuple de celle d'une faction
la périodicité des assemblées est propre à prévenir toute tyrannie 
                                                           assemblées
ou tout changement inopportun - ces objets n'ayant pr objet
que le maintien du traité social doivent s'ouvrir par deux
propositions inséparables & qui doivent passer par tous les suffrages
        la première s'il plaît au souverain de conserver la présente
forme de gouvernement
 la seconde s'il plaît au peuple d'en
laisser l'administration à ceux qui en sont actuellement chargés

                 toute
                Aucune loi fondamentale, pas même le pacte social 
peut se révoquer. Grotius pense même que chacun peut renoncer à 
l'état dont il est membre et reprendre sa liberté naturelle et ses
biens en sortant du pays. Or il serait absurde que tous les citoyens 
réunis ne pussent pas ce que peut séparément chacun d'eux 190.
                                                                                

                 Livre IV.

la volonté générale est indestructible, qqu'éludée qu'elle soit
quel dans les consciences par les intérêts privés (1).
plus il y a unanimité, plus la volonté générale est dominante
le contrat social seul de sa nature exige un consentement unanime
                      n'en veut
que celui qui [illis.] pas se retire. quand l'état est constitué, le
consentement est dans la résidence. habiter le territoire, c'est se 
soumettre à la souveraineté -
du calcul des voix se tire la déclaration de la volonté générale,
chacun ne votant, que comme fraction de volonté générale, 
est obligé, lorsque la volonté générale est déclarée, de la suivre
cela prouve seulement que l'individu s'était trompé & que
ce qu'il estimait la volonté générale ne l'était pas.
plus les délibérations sont importantes plus l'avis doit approcher de
l'unanimité - plus l'affaire exige de célérité plus on doit
resserrer la différence prescrite dans le partage des avis.
dans les délibérations qu'il faut terminer sur le champ, l'excédant
d'une seule voix doit suffire                                             faire
dans une véritable démocratie les élections se devraient par le 
sort, tous les citoyens étant à peu près égaux - Quand le choix
et le sort se trouvent mêlés le premier mode doit remplir les places
qui demandent des talens propres, l'autre convient à celles
          où suffisent le bon sens, la Justice.