Notes sur Jean-Jacques Rousseau - f° 28 verso
Choisir un folio      <<<    53 / 55    >>>
Chargement de l'image en cours ...

X
ignorance de l'hist. romaine.
long chapit IV sur les Comices romains où se dévoile le peu de sens
historique de Rousseau. - il partage le préjugé antique contre les
prolétaires et ne s'indigne nullement qu'ils ne votassent pas, et 
fussent hors classe (p 214) - 
          Il ne dit point que les Comices par Curies avaient besoin
d'être confirmées par le sénat et attribue ainsi à Romulus des
X
 
intentions égalitaires absurdes pr l'époque 217. - en disant que 
les Comices avaient besoin de l'assentiment des augures il n'excepte
point les Comices par tribus qui s'en passaient.
          éloge de la clientèle "Rome seule a eu l'honneur de donner 
au monde ce bel exemple duquel il ne résulta jamais d'abus" mais
la clientèle corrompit la démocratie - l'aristocratie par la clientèle
reprenait ce que la démocratie lui enlevait par l'action [illis.]
de la loi - la démocratie minait la république par des lois
subversives de sa constitution et par la clientèle l'aristocratie
démoralisait la république.
                  Nulle distinction chronologique - les comices par
tribus ne furent tout d'abord si fortes 221. "non seulement le sénat
n'y avait point de rang il n'avait pas même le droit d'y assister
et forcés d'as d'obéir à des lois sur lesquels ils n'avaient pu voter"
faux !, au commencement les curies sanctionnaient les décisions 
des comices par tribus.
du tribunat "quand les tribuns du peuple romain d'abord au
nombre de deux, puis de cinq voulurent doubler ce nombre, le 
sénat les laissa faire, bien sûr de contenir les uns par les autres 
ce qui ne manqua pas d'arriver.. 229
De la dictature Rousseau n'en blâme pas le danger de l'abus, mais
celui de l'avilissement - on l'a trop ménagé à la fin - il eût
fallu une dictature lors de la conjuration de Catilina c'est un 
hasard heureux de circonstances qui a favorisé Cicéron
la censure devint inutile quand les moeurs furent corrompues
"la censure peut être utile pr conserver les moeurs, jamais
pr les rétablir". Rousseau n'indique pas quel fut
le vrai sens de la censure. (ch. 237)