ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
I, chap. 9 : Goûts de luxe - Copiste, folio 94
[En vert, les suppressions demandées par Laurent-Pichat pour la Revue de Paris.]
 
  de coton, lui apprit qu'il fallait vous parler à la troisième 
personne, apporter un verre d'eau dans une assiette, 
frapper aux portes avant d'entrer, et à repasser, à
empeser, à l'habiller, voulut en faire sa femme de
chambre. La nouvelle bonne obéissait sans murmure
pour n'être point renvoyée ;
& comme Madame d'habitude
laissait la clef au buffet
Félicité chaque soir prenait
une petite provision de
sucre qu'elle mangeait
                                             {{   et comme Madame
d'habitude, laissait la clef au buffet, Félicité chaque soir
prenait une petite provision de sucre, qu'elle mangeait 
toute seule, dans son lit, après avoir fait sa
prière
.  }}
toute seule dans son lit
après avoir fait sa
prière.
           L'après-midi, quelquefois, elle allait causer
en face, avec les postillons. Madame se tenait en
haut, dans son appartement.
          Elle portait une robe de chambre toute ouverte,
qui laissait voir entre les revers à châle du corsage,
une chemisette plissée avec trois boutons d'or. Sa ceinture 
était une cordelière à gros glands, et ses petites 
pantouffles de couleur grenat avaient une touffe de rubans
larges qui s'étalait sur le coup de pied. Elle s'était
achetée un buvard, une papeterie, un porte-plumes
et des enveloppes, quoiqu'elle n'eût personne à qui écrire ; 
elle époussetait son étagère, se regardait dans
la glace, prenait un livre, puis rêvant entre les
lignes, le laissait tomber sur ses genoux. Elle avait
envie de faire des voyages, ou de retourner vivre à son
couvent. Elle souhaitait à la fois mourir et habiter
Paris.
              Charles, à la neige et à la pluie, chevauchait 
par les chemins de traverse. Il mangeait des
omelettes sur la table des fermes, entrait son bras
 
[Transcription de Hisaki Sawasaki]