ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
I, chap. 1 : Étude de médecine de Charles (2), brouillons, vol. 1, folio 37
 
                                                         20.           
  et quand il était retourné à son pays,  qu'il
                       &
y était resté qq temps,  qu'il en était revenu il se
sentait plus triste encore, / plus abandonné,  plus
vide. / - il s'était retrempé dans pour un moment
                       s'en trouvait
dans
- le travail alors n'en était plus malaisé
& son humeur plus intelligence plus paresseuse.
    Comme il n'avait pas d'argent il ne fréquentait
personne - n'ayant donc ni à donner en échange,  ni
pièces de
& n'ayant pas de gaité non plus,  à qui
                                                   2
pouvait-il plaire ? - trois ou quatre fois par an
peut-être                          1                en
à peu près quand son père venait à la ville,  il
                                         l'emmenait
venait le chercher et dans sa chambre & le menait
dans
avec lui prendre une demi tasse de café dans un
des beaux cafés de la place de la comédie - après quoi
il allait entrait au théâtre,  en le renvoyant à la
C'était là tout -  
ses distractions &/
porte,  ne voulant pas disait-il le déranger de ses études.
Quant à sa mère,  quand elle venait le voir elle avait
autre chose à faire,  que de lui payer des régalades /
les sciences
De tout ce qu'il étudiait                      le mieux
                       la botanique lui plaisait assez - qqfois
  passait                                    s'en
il mettait la boîte de fer blanc sur son dos et allait
                  les
pr herboriser hors barrière - il entrait bientôt dans
                         au lieu d'herboriser
qq ferme,  maison - il se promenait d'abord
                  il regardait
dans les champs,  examinant la man machinalement
             si
la manière dont le blé poussait & si les avoines
                                       qque part
donneraient cette année - puis il entrait pr se
s'asseoir
reposer - buvait un verre de cidre avec le fermier
ou se tablait à causer - l'heure avançait - et
la/e journ soir venait arrivait,  la journée nuit
              pas examiné ou même    simple
était venue qu'il n'avait pas cueilli une plante
                                         brin d'herbe
/ car habitué au gd air il étouffait dans cette / la
ville & ces jours à rues sombres bar entre ces
maisons htes qui se referment de haut pr donner
encore moins d'air - & ces journées là étaient
bonnes pr lui. /
 
[Transcription de Pascale Prioleaud]