ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
I, chap. 1 : Études au collège — Brouillons, vol. 1, folio 17
 
13
  le sermonnait un quart d'heure, et profitait |alors|
                                                        son
de l'occasion pr lui faire conjuguer un verbe, au pied d'un
           encore         le plus souvent
                                        les
      
arbre. mais la pluie venait | interrompre | la leçon  ou
une connaissance qui passait. Du reste il était toujours
content de lui disant qu'il avait beaucoup de mémoire
                             à la longue                   bien
On ne pouvait cependant
à la longue prtant
il fallut bien se décider
[illis.]
  
 car on devait lui donner
à quelque chose ; Me Bovary
ne dev[illis.] pas lui donner
de l'éducation Me Bovary
fût énergique
le laisser ainsi   à la fin cependant il fallut se décider à
                                   on d  on ne pouvait le laisser ainsi
 à qque chose, prendre un grand parti Me Bovary qui
de l'instruction
s'arma*                            [illis.]
qui s'était préparée de longs mois fût énergique - qque peu
                                                 s'était préparée d'avance
           peut-être                       - ou fatigué plutôt -
honteux au dedans de lui-même Monsieur céda à demi
                                       ou fatigué plutôt             moitié
sans trop rien dire et l'on attendit encore un an que le
   qu'il                                                  ensuite
gamin gamin eut fait sa première communion. Six mois se
                                prendre des informations, [illis.]
passèrent ensuite à savoir quelle serait la pension
sur toutes les pensions, on consulta même le notaire  [illis.] l'année ....[illis.].......
à ..................[illis]....................................
                ...[illis.]......... d'après
...[illis.].............. des démarches inutiles et cent
enfin l'année qui vint après
hésitations nouvelles Charles fut définitivement envoyé
                                 son père
au collège de Rouen on l'amena son père vers la fin
d'octobre, à l'époque de la foire St Romain, y ayant à faire
lui-même pr un cheval qu'il voulait vendre.
Je ne me rappelle bien                        il se présenta parmi nous comme on l'a vu
avec ses allures paysannes, un esprit qui ne semblait pas
De tout le temps qu'il resta au
collège* je ne rappelle bien
[illis.]  de son entrée
vif & sa fameuse casquette. Au bout de qq jours cependant
{{ et qu'il eut appris
et qu'il sut un peu }}
.........{{ porté porté  un peu
Quand il eut mis trois ou quatre fois l'habit d'uniforme
et qu'il eut appris      à                                               à
et qu'il sut, peu à peu marcher dans les [illis.] rangs, écrire
sur ses genoux, causer tout bas sans se faire punir
          à peu
       à peu presque                    sauf      à part

il fut comme tout le monde à peu près, sauf sa
                                       qui était trainarde
façon | trainarde | de parler. De lui je ne me rappelle
guère autre chose/.}}
                                     Ni blond ni brun mais d'une teinte
                                                                                    il
indécise qui tenait le milieu, si bien que de loin sa tête
{{ assez bon
C'était un garçon de tempérament
modéré qui jouait aux récréat.
à l'étude  
travaillait en classe, tranq écout
en classe - tranquille - ménager de ses
habits n'attrape jam de pensum
et dormant bien au dortoir
mangeant bien au réfectoir }}
                      de loin
qu'il avait l'air couleur de poussière, l'oeil marron, presque
pas de sourcils et avec un gd nez en bête inexpressif
légèrement incliné à gauche sur une bouche à lourdes
                                         d'humeur égale
lèvres, c'était un garçon de tempérament modéré
économe ménager de ses habits n'attrapant jamais de pensums
et qui jouait aux récréations, travaillait écoutait
en classe, travaillait à l'étude, dormant
bien au dortoir, mangeant bien
au réfectoir.
 
[Transcription de Raphaëlle Pache]