ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
I, Chap. 1 : Enfance de Charles - Brouillons, vol. 1, folio 20v
 
  11
[[     et d'ailleurs qu'est-ce qu'
ils
résigner - s'ils n'étaient  
elle comptait en faire de son fils - ah ! tant pis il fallait
          d'ailleurs
son père n'avait-il pas assez travaillé ? - à quoi bon
le principal était la gymnastique                                                                 n'étaient pas riche
tourmenter les enfans - et puis/qu'ils ça coûtait trop cher -
                             compte
qu'est-ce qu'elle voulait donc en faire de son fils ? pourraient
       l'entretenir dans les écoles du gouvernemnt -
-ils jamais lui acheter une étude, ou un fonds de commerce
                                                            soit
qu'il se résigne comme eux - qu'il devienne paysan
ou bien si le coeur lui en dit, on l'engagera
avec du toupet après tout, un homme réussit toujours
dans le monde - c'était là la conclusion. il ne
disait plus rien - Me Bovary se mordait les lèvres
et l'enfant courait jouer
          jusqu'à quinze ans Charles fut élevé dans cette
                                                                   il
liberté oisive des enfans de la campagne qui se lèvent
avant le jour pr aller dénicher des merles                         ]]
       puis
et d'ailleurs qu'est-ce qu'elle comptait donc en faire de son fils ? pourraient
ils jamais l'entretenir dans les écoles du commerce gouvernement, lui acheter
                                                                Donc*                      bien
une charge, ou un fonds de commerce - Ah ! tant pis il fallait se résigner
prtant. ils n'étaient pas riches ! à qui la faute ? qu'il soit donc
paysan comme eux - ou bien plus tard si le coeur lui en dit on l'engagera
                 d'ailleurs            d'ailleurs
et qui sait ? avec du toupet après tout un homme réussit toujours
dans le monde - c'était là la conclusion. il ne disait plus rien
                                                                  grandissant vagabondait
Me Bovary se mordait les lèvres ; et l'enfant courait dans
                             ainsi jusqu'à 15 ans
le village il vécut donc
                                                charles fut donc   une
                   jusqu'à quinze ans il fut élevé dans la liberté
               petits garçons                                      le laissa
oisive des enfans de la campagne / où sa mère le laissait par
faiblesse & son père par insouciance. / qui se lèvent avant
    soleil                                           & ne
le jour pr aller dénicher des merles - sont sortis toute la
                                                                 et
journée sans savoir ce qu'ils deviennent - ne rentrent qu' aux
                              plus il allait il ne tarda pas à faire comme eux
heures des repas - ou de temps à autres à la maison pr
                                                                                  reven
au désespoir de sa mère qui ne riait pas comme son père quand il rentrait avec des habits déchirés
boire un coup & repartir - à mesure qu'il grandit il
                 comme il ne savait que faire à la maison
ne fut plus possible de le retenir - il suivait les laboureurs
aux champs - & poursuivait à coups de mottes de terre dans
                                                               il furetait
les sillons les corbeaux qui s'envolaient. - le long des fossés
                         pr manger                     dans les buissons
                                     il mangeait des mûrs, s'amusait
 
[Transcription de Nicole Caron]