ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
II, chap.5 : Exaspération contre Charles - Copiste, folio 172
 
  172
  {{en acquérir l'habitude, mais le dégoût était trop
fort, ou son tempérament trop faible
.}}
                                                                 Ce qui l'ex-
            l'exaspérait surtout
Ce qui l'ex
aspérait c'est que Charles n'avait pas l'air de
se douter de son supplice. La conviction où il était
de la rendre heureuse lui semblait une insulte
imbécille, et sa sécurité là dessus, de l'ingratitude.
Pourquoi donc était-elle sage ? n'était-il pas,
lui, l'obstacle à toute félicité, la cause de toute
misère,
et comme l'ardillon pointu
de cette courroie complexe qui
la bouclait de tous côtés.
et comme l'ardillon pointu de cette
courroie complexe qui la bouclait de tous côtés ?
            Donc elle reporta sur lui seul, la haine
nombreuse qui résultait de ses  ennuis et chaque
effort pour l'amoindrir ne servait qu'à l'augmenter
car cette peine inutile s'ajoutait aux autres motifs
de désespoir, et contribuait encore plus à l'écartement. 
Sa propre douceur à elle-même, lui donnait
des rebellions. La médiocrité domestique la poussait
à des fantaisies luxueuses, les caresses matrimoniales 
en des désirs adultères. Elle aurait voulu
que Charles la battît, pour pouvoir plus justement 
le détester, s'en venger. Elle s'étonnait, parfois, 
des conjectures atroces qui lui arrivaient à la
pensée ; et il fallait continuer à sourire, s'entendre
répéter qu'elle était heureuse, faire semblant de
l'être, le laisser croire !
               Elle avait des dégoûts cependant de cette
hypocrisie. - Des tentations la prenaient de s'enfuir avec
Léon quelque part, bien loin, pour essayer une
destinée nouvelle. mais aussitôt, il s'ouvrait dans son
âme, un gouffre vague, plein d'obscurité « D'ailleurs
 
[Transcription de Marie-Pierre Carlotti]