ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
 II, chap. 13 : Emma reçoit la lettre de rupture - brouillons, vol.4, folio 183
 
356
trouva la lettre, l'ouvrit
une enveloppe pareille à celle d'habitude [qu'elle eut du
mal à ouvrir, tant elle tremblait]
                                                            d'abord un effet
un coup de massue ...... [illis.] à la première lecture. ce fut comme un
                        ou plutôt
coup de foudre - elle n'y comprit rien. elle n
X avec ce ricanement
qu'on a dans les gds dangers
- - -
ah !                                                         X
- c'est que j'ai lu trop vite, se dit-elle - je me trompe
- c'est que j'ai lu trop vite, pensa-t-elle. je suis où suis-je
                                    relire
elle voulut se calmer et elle recommença. - déchirement
écroulement n'ose pas continuer
et épouvante. elle fait.
mais au second paragraphe
Em                                                  d'un seul coup
elle sentit son coeur se déchirer. tout du long. &
et alors
que tout s'écroulait en elle des ténèbres passèrent.
                                                n'osait pas
elle voulut continuer. elle n'y voyait plus
. une épouvante
                                    tout à coup
la saisit
- & comme si une un incendie
                                      la maison s'écroulait
                                                           se fût
si une inondation un incendie, un troupeau de tigres
      écroulée derrière elle             dans l'escalier
l'eût poursuivie, elle mit à courir vers sa chambre
haletante éperdue épouvanté toute épouvantée
                                en
haletante, éperdue, se retenant de crier et n'osant
            en                                              [illis.]
regarder derrière elle.

                                                                  il venait de rentrer
                              Mais Charles y était. elle le vit par la
                                            qui
porte etrang entrebâillée. il changeait de redingottes. il lui
                                                              pas
même qq chose mais elle n'entendit rien.- et sans s'arrêter
Comme poussée dans le dos
elle avait besoin de crier
elle se mordait
     pousser des cris
ses dents claquaient
elle n'osait pas
regarder derrière
tout tournait
des flammes passèrent
devant ses yeux. &

elle voulut se calmer
                        à monter les marches       2             1
elle continua vers le second étage. haletante, éperdue,
                        
vite - - - -
s'appuyant aux murs, et toujours tenant à sa main
                         
 feuille       lui
cette horrible papier qui craquait dans s/les doigts
avec un bruit de tonnerre, comme une plaque de
      
mais               contre son front
tôle.- en sentant la porte du grenier contre son
                                                            
qui était fermée
front - elle s'arrêta.
elle se rappela la lettre commencée qu'il fallait continuer
elle n'osait pas -
poursuivre
et puis où d'ailleurs
comment ? on la verrait
Ah ! non ici, je serai bien
je serai seule
Où suis-je donc ? se dit-elle. qu'est-ce que je viens
               et elle se rappela que c'était
faire ici. Ah c'est pr lire. pr être seule. on ne
                                          la lettre était interrompue  elle ne
Là, en effet on ne la &                                            l'avait     
me
verrait pas.- elle poussa la porte                              pas achevée
                    elle serait seule
                                                                    elle entra
il faisait nuit complète dans le grenier. et les
on étouffait & les
ardoises du toit échauffées par le soleil faisaient
                                                                      comme des fers
tomber sur vous une chaleur étouffante - les jours
chauds autour des tempes
                              passant entre les interstices tombaient
                                          comme une pluie d'épingles qui
                                                                      lui entrait dans
                                                                                      la tête
 
[Transcription de Pascale Prioleaud]