ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
II, chap. 14 : Crise religieuse d'Emma 2 - Copiste, folio 313
[En vert, les suppressions demandées par Laurent-Pichat pour la Revue de Paris.]
 
  313
                                        Mais
faire venir la croyance, mais aucune délectation ne descendait des cieux
et elle se relevait les membres fatigués, avec le sentiment vague d'une immense
                                     pensait-elle
duperie. Cette recherche après tout n'était qu'un mérite de plus, et dans l'orgueil
de sa dévotion Emma se comparait à ces grandes dames d'autrefois dont
elle avait rêvé  la gloire  sur un portrait  de Lavallière  et  qui traînant
avec tant de majesté la queue chamarée de leur/s longue/s robe/s, se retiraient
en des solitudes, pour y répandre au/x pied/s du Christ, toutes les larmes d'un
coeur que l'existence blessait.
                    Alors elle se livra à des charités excessives. Elle cousait des
habits pour les pauvres; elle envoyait du bois aux femmes en couche, et,
Charles, un jour en rentrant trouva dans la cuisine, trois vauriens attablés
qui mangeaient un potage.  Elle  fit  revenir  à  la  maison  sa  petite
fille que son mari durant sa maladie avait renvoyée chez la nourrice.
Elle voulut lui apprendre à lire et Berthe avait beau pleurer, elle ne
s'irritait  plus.  C'était un parti-pris  de résignation,  une indulgence
NB.
ne pas faire attention
à la ligne barrée
universelle. Son langage (à propos de tout) était plein d'expressions
idéales. Elle disait à son enfant : « Ta colique est-elle passée, mon
ange ? 
»
               Mme Bovary mère ne trouvait rien à blâmer sauf, peut-être
cette manie de tricotter des camisolles pour les orphelins, au lieu
de raccomoder ses torchons. Mais harassée de querelles domestiques
la bonne femme se plaisait en cette maison tranquille ; et même elle
y demeura jusqu'après -- Pâques ------, afin d'éviter les
sarcasmes du père Bovary  qui ne manquait pas  tous les vendredis-
saints de se commander une andouille.
  {{          Il prétendait à présent que l'Empereur lui avait promis
la croix sur le champ de bataille,  et comme l/ses réclamations
qu'il faisait, restaient inutiles  cela l'exaspérait ;  puis la gêne
d'argent  et les infirmités  survenant,  le tourmentaient.  Il ne
voulait plus sortir, il se laissait pousser la barbe, il se grisait davantage
Parfois même dans son indignation permanente, il regardait sa

carabine  en déclarant qu'il tuerait quelqu'un  et se tuerait après   }}
 
[Transcription de Stéphanie Dord-Crouslé]