ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
III, chap. 2 : Colère de Homais contre Justin - Copiste, folio 358
[En vert, les suppressions demandées par Laurent-Pichat pour la Revue de Paris.]














 
                                                                                                                  358 
cette horrible nouvelle.
          Il avait médité sa phrase, il l'avait arrondie, polie, ri/rythmée.
C'était un chef-d'oeuvre de prudence et de transitions, de tournures
fines et de délicatesse ; Mais la colère avait emporté la rhétorique.
          Emma renonçant à avoir aucun détail, quitta donc la
pharmacie car Mr Homais avait repris le cours de ses vitupérations.
Il se calmait cependant, et à présent il grommelait d'un ton
paterne, tout en s'éventant avec son bonnet grec :
  {{ - « Ce n'est pas que je désapprouve entièrement l'ouvrage !
L'auteur était médecin. Il y a dedans certains côtés scientifiques
bon qu'il n'est pas mal à un homme de connaître, et j'oserais dire
qu'il faut qu'un homme connaisse. Mais plus tard, plus tard !
attends du moins que tu sois homme toi-même et que ton 
tempérament soit fait. »
}}
      Au coup de marteau d'Emma, Charles qui l'attendait
s'avançant les bras ouverts, lui dit avec des larmes dans la voix
         - « Ah ! ma chère amie ! » et il s'inclina doucement pour
                                                           ses lèvres  
l'embrasser. Mais au contacte de sa bouche, le souvenir de l'autre
la saisit, et elle se passa la main sur le visage, en frissonnant.
        Cependant elle répondait
        - « Oui. je sais... je sais...
        Il lui montra la lettre où sa mère narrait l'évènement
sans aucune hypocrisie sentimentale. Seulement elle regrettait
que son mari n'eût pas reçu les secours de la religion, étant
mort à Doudeville, dans la rue, sur le seuil d'un Café,
après un repas patriotique avec d'anciens officiers.
après un repas bonapartiste avec d'anciens officiers.
          Emma rendit la lettre, puis au dîner par savoir-vivre
X elle affecta quelque répugnance. Mais comme il la reforçait
elle se mit résolument à manger, tandis que Charles en face
d'elle, demeurait immobile dans une posture accablée.
 
[Transcription de Matthieu Desportes]