ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
II, chap. 12: Rêves de Charles - Brouillons, vol. 4, folio 158v
[Page entièrement biffée.]
 
                                                   342
                                        aux environs
il pensait à louer pr plus tard, au bas de la côte d'argueil
                                    qq                  pas trop cher
sur la route de Rouen, une petite ferme qu'il connaissait en
                                         à son convenance qu'il surveillerait
y mettant qqu'un de sûr en se donnant du mal, et en y passant
lui-même            tout en allant voir ses malades
tous les jours, il pourrait peut-être en retirer tous les ans une
                                    bien                     qu'il
il économiserait
il en placerait les revenus
la Caisse
soixantaine de pistoles & il n'y toucherait pas. il les placerait à
                    bien
d'épargne ou
       à        qui rapportait quatre pr cent
la Banque des Familles
ou à la caisse d'épargne. en dix ans cela
                                                                                     un
ferait une somme. ensuite il prendrait des actions dans l'établissement
                                                                        qque part
qq part, n'importe où
   ou bien         sans doute         avec le temps
des eaux minérales de Forges - & puis la clientèle augmenterait. il
                                                              économis
gagnerait plus d'argent. il lui en fallait. il en viendrait il voulait
                        instruite             bien habillée
qu'elle fût b/savante bien élevée, qu'elle eût des talents, qu'elle
                           & même      rien          bien
apprît sût         en économisant il pourrait même n'empêchait plus tard
apprît le piano. on pourrait même pendant deux ans, après sa sortie
                     on pourrait même                                           et
de pension, à lui donner une institutrice pr la perfectionner. - on
                    pendant deux ans                                     Ah
la citerait on l'admirerait. elle ressemblerait à sa mère. Comme
           partout                        quand ressemblant            de taille
elle serait jolie à quinze ans ! elle ressemblerait à sa mère, elle
de figure et de toilette        
&                                 dans l'été
porterait comme elle de gds chapeaux de paille l'été. elle serait
                           &               de loin pr les deux soeurs
habillée de même. on les prendrait l'une pr l'autre, à les voir
se promener côte à côte
le long
ensemble
au bord de la route
le soir
sous les trembles
                       peupliers, l'été.
        modestement         travaillant                                 Cependant
par derrière, assises, cousant ensemble, la fenêtre ouverte. - alors
alors
ils songeraient à son établissement. on lui trouverait qq brave
garçon, ayant un métier sûr. il habiterait avec eux. il la
                                   vivraient ensemble
rendrait heureuse. ils seraient heureux. cela durerait toujours
                                   comme un essaim de mouches
                                                                    d'abeilles   en liberté
et ainsi s/les pensées de Charles vagabondaient vers l'avenir
dans des espaces azurés* bleus    et revenaient s'abattre
ou comme un essaim de mouches, voltigeaient aut..
                                                                               s'abattaient
ennivrés sur les lèvres de sa femme.

Emma ne dormait pas. elle faisait semblant d'être endormie
elle l'avait tout entendu venir
elle l'avait tout à l'heure entendu venir, - & même elle se
                peu à peu
réveillait peu à peu dans ses rêves, tandis que Ch. à ses côtés
                                   pensées différentes
s'assoupissait en une méditation pareille. - elle songeait à des
                     [illis.]                           qu'entouraient des montagnes
clairs de lune italiens s'étalant sur des lacs aux eaux tièdes. elle
brisée de fatigue                                                             emportée pr toujours
se sentait au galop de quatre chevaux descendre les
vers des
côtes - & on tournait les saignées* - le bras
          sans parler
enlacés - le soleil frappait sur les cuirs de la capotte -
& la poussière leur craquait dans les dents
    qui les suivait comme une fumée   gencives
 
[Transcription de Nicole Sibireff]