ATELIER BOVARY
CLASSSEMENT GÉNÉTIQUE : Plans et scénarios | Brouillons
Afficher un folio
II, chap. 12 : Rodolphe trouve Emma envahissante - Copiste, folio 285
[En vert, les suppressions demandées par Laurent-Pichat pour la Revue de Paris.]
 
  285
Trois jours après, l/L'heureux reparut.
- « J'ai un arrangement à vous proposer » dit-il, « si au
lieu de la somme convenue, vous vouliez prendre . . . . . .
  - « La voilà ! » fit-elle, en lui plaçant dans la main quatorze
napoléons.
        Le marchand fut stupéfait. alors, pour dissimuler son désappointement,
 il se répandit en excuses et en offres de service, qu'Emma
refusa toutes ; puis, elle resta quelques minutes palpant dans la
poche de son tablier les deux pièces de cent sous qu'il lui avait rendues.
Elle se promettait d'économiser, afin de rendre plus tard. . . . . .
           - « Ah ! bah ! » songea-t-elle, « il n'y pensera plus. »
          Outre la cravache à pommeau de vermeil, Rodolphe
avait reçu un cachet avec cette devise : Amor nel cor, de
plus une écharpe pour se faire un cache-nez, et enfin un
porte-cigarres, tout pareil à celui du Vicomte, que Charles avait
autrefois ramassé sur la route et qu'Emma conservait.
Cependant, ces cadeaux l'humiliaient. Il en refusa plusieurs,
elle insista, et Rodolphe finit par obéir, la trouvant tyrannique
et trop envahissante.      Puis, elle avait d'étranges idées :
                                                 disait-elle
« Quand minuit sonnera » disait-elle, « tu penseras à moi » &
s'il avouait n'y avoir point songé, c'étaient des reproches en
abondance, et qui se terminaient toujours par l'éternel mot : m'aimes-
tu ? »
    - « Mais, oui, je t'aime ! » répondait-il !
      - « Beaucoup ? »
      - « Certainement ! »
N.B   ne pas faire attention
aux lignes barrées
     {{- « Tu n'en as pas aimé d'autres, hein ? »
      - « Crois-tu m'avoir pris vierge ? » exclamait-il en riant.
Emma pleurait, et il s'efforçait à la consoler, enjolivant de calembourgs
ses protestations.
}}
 
[Transcription de Bernadette Goarant]