BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 1.
[Moitié supérieure d'une feuille de papier bleu - Page déchirée, entièrement barrée]
  1.
Par un dimanche d'été sur     
le bd Bourdon, à Paris, deux I
hommes se rencontrèrent.     I.  Rencontre
     quel fut celui des deux qui vit
l'autre d'abord. impossible ... 
de le savoir 
                                    
car leurs regards se heurtèrent
en même temps.                        
l'un (Bouvard) était assis.   
    
 - quelle chaleur !
      serait
on est mieux à la campagne, au frais.
désir d'une maison de campagne. mais aucun des deux ne peut se procurer
ce luxe là.
cependant
ils n'aiment ni l'un ni l'autre, les parties de campagne, à cause du bruit
et de la banalité. d'ailleurs, aux environs de Paris ce n'est pas la vraie campagne
et puis, leurs occupations les retiennent. Car tous deux sont bureaucrates
                                                                                                              de tabac
- « tiens nous sommes confrères » ici, Pécuchet offre une prise. « en usez-vous ?
éviter autant que possible
le dialogue dans le/ce
chapitre il y en aura
assez dans tout c/le livre
           Bouvard fume, - mais il prise à l'occasion. « je communie sous les
deux  espèces ! »
    --
                                                                                                Bouvard d'avis qu'il
                                                                                                 ne faut
redoublement de chaleur. théorie du vêtement commode. - ne pas se gêner
indépendance de caractère. ils/il se moquent l'un l'autre du qu'en-dira-t-on
ils pas ? passe un ouvrier saoul, faisant des zig-zags sur le boulevard.
                                trop rafraîchi. » - P. le blâme. B. est indulgent
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]