BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 3v.
[Page entièrement barrée]
I.
I Ce jour là
[ & que* ce jour là
        ce jour là était un dimanche & qu'il   ]

                                                                      & que*
Comme il faisait une chaleur de trente trois degrés, le boulevard
                                                                     trois
{{ et comme c'était un
dimanche, au milieu
de l'après-midi
}}
                                                                       trois
Bourdon se trouvait absolument désert.
                                      en/&
     [illis.]      Plus bas & le suivant tout du long.           à chaque bout
C'était d'ailleurs un dimanche et le canal St Martin, fermé par les écluses
                                                                                                          [illis.] 
                                                                                        couleur d'encre

étalait en ligne droite, son eau noire. & immobile & [ Elle paraissait
aussi lourde que les gds murs de ses deux quais la surplombant]
Il y avait    avait             il y avait                                                           trois
Il y au milieu, un bateau de charbon, & sur la berge plusieurs
                     futaille*
rangée/rangs de barriques. – [ Le long du courant, une botte de paille flottait]
                                        entre    six                     ...[illis.]...
Le soleil brillait De l'autre côté du canal, les rares maisons de la rue contrescarpe avaient
                                      baissées ;                     que séparent              gd     pur
toutes leurs jalousies fermées, /entre ces masses brunches* le ciel sans
[illis.]                 çà & là     inégalem*                                       que
nuages, formait inégalement comme des plaques d'outremer rayant/ient*
plus loin   au loin   [illis.]                         une
à l'horizon, de htes cheminées d'usine. La gde lumière épandue
              2
et          [illis.]                &        3                                        1              granit
frappées de soleil. sur les toits d'ardoises, les façades blanches, & les parapets de pierre
              toits
trempait dans cette                                         
La gde lumière semblait verser
un jour cru 
éblouissaient. pas un fiacre sur le pavé. pas un piéton sur le trottoir.
sur les choses un immense ennui                           le désoeuvr* du repos
tout semblait immobile par cette gde lumière* – la/e tristesse dominical
du dimanche   après-midi      tristesse
d'un beau jour d'étéle désoeuvremt d'un jour d'été      
                                                         le                                                          en            leurs
        murs                  saillir leurs murs*/contours*     le murs     en aiguisant qu'ils*
en heurtant
&            
 [illis.] polissait
les objets, les faisait paraître plus gde/s, faisait rendait leurs angles plus vifs
leur                        [illis.]                                        bruit
les surfaces. plus nues*. on n'entendait aucun, on ne voyait
pas une voiture ne
circulait sur le pavé

              le
pas un piéton trottoir
                     [illis.]
les choses inanimées avaient
 [illis.] de fatigue* [illis.] reposaient
l'air plus immobiles que
silencieuses*
d'habitude & reposer
dans leur abondon
avec accablemt
                         comme si      on n'entendait
personne.   on aurait dit que tous les habitants eussent été
   morts                            à croire.
endormis, morts, ou disparus.     – [un gd vide. un gd silence
                           qq chose
un gd ennui.]  une désolation bête circulait dans l'atmosphère
lourde.
                                [illis.]
                               tenaient           comme            figée*                   désoeuvremnt*

                – la vie universelle*/cet* semblait suspendue dans la bêtise
                                 tout semblait           engourdis   – par*
                               et 
d'u dimanche      dans la tristesse des jours d'été
tout
avec un air
ce que l'on apercevait
de fatigue
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]