BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 5v.
[Page entièrement barrée]
3.
Il exprima d'abord le désir d'être à la campagne
Mais la banlieue, était selon Bouvard, était bien fastidieuse par
                                                                             et                eut
le tapage des cabarets, les voitures, la foule. Pécuchet fit un 
                                       Il comm    fatigué de
geste de d'assentiment et prtant la Capitale commençait à lui 
                                                      à se sentir
fatiguer                                                                   y
peser&  Bouvard aussi. D'ailleurs les denrées renchérissaient à vue
                                                                maintenant          tout
vue d'oeil, – impossible de/'y vivre comme autrefois. Tout était bien
changé.                                                                                     et
                                                                                      car sans le vouloir              
 
Et bientôt une sorte de rêverie mélancolique les gagna. Leurs yeux 
       errant
involontairement se portaient sur les tas de pierre à bâtir . . .
                                                                                               l'onde bourbeuse
. . . les persiennes a/baissées  les étages en face*. sur le canal
une botte de paille flottait à la dérive  [ – Le câble d'une grue 
          ...[illis.]...                                                                      la longueur du
coupait l'air bleu de sa parabole comme la corde d'un gibet. – et à ]
                                                                                           D*/[illis.]
sur la hte                               se dressaient/ant à l'horizon [illis.]
                    un               rouge*                                           tout le long* du trott
l'horizon trois cheminées d'usine.  – à droite & à gauche, les petits 
                                              d'une pompe à feu 
  du trotto         pareils à des jalons     
   [illis.]                           se            avec un rectitude géométrique 
arbres sans feuilles se suivaient comme une file de jalons  – une 
                                                       à la file 
                           [illis.]/mêlée à                           
une bouffée de vent [illis.]
amenait
passait u

De temps à autres
exhalaison d'égout l'âcre* odeur de la poussière. 
                Tout en garda 
             Sans quitter leur place
                                              Enfin                               de l'autre sur leur banc
              Puis faisant volte face, ils se tournèrent du côté de la chaussée
                                 en face                   en briques
et alors ils eurent devant eux, les murs du grenier d'abondance.
                                                                                                           [illis.]/mouillaient                  
      Bouvard devenait plus rouge  & [ des gouttes de sueur    les tempes pâles 
                                                                 on avait
Bien qu'il fût d'un
tempéramt sec. il suait
il regrettait d'avoir
voulu prendre l'air.
de Pécuchet. Pécuchet. ]  Décidémnt il faisa* encore plus chaud que
                                                                                    dans les rues que chez soi. 
                                                          & il en était tout étonné 
*alors/et*                                           Pécuchet 

    alors Bouvard lui conseilla de mettre bas sa redingotte
                                 de l'opinion
car il se moquait, lui, du qu'en dira t-on. D'ailleurs prquoi se gêner
    à ce moment, un ivrogne passa sur le trottoir, abject
débraillé, vociférant :
                 un » 
– en voilà, dit Bouvard avec un sourire d'indulgence « qui s'est trop
      rafraîchi. »
                      eut un hauss d'épaule.
Pécuchet, détourna la tête, en répliquant
– si ce n'est pas pitoyable. » et l'entretien s'engagea sur  les basses
                                                       & la conversation 
classes de la société, la politique, le gouvernemt. – & ils avaient
                  opi                            Bouvard                       plus
les mêmes idées,  bien que Pécuchet fût peut-être moins libéral
                  opinions
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]