BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 6.
B.
Ils baissèrent la voix
                       ils se turent 
        Mais ils baissèrent                                                    devant eux

Ils furent obligés de baisser la voix pr en voyant venir deux personnes
{{ passe devant leur banc.
de manière à les frôler.
}}
dans leur direction
       femme en bonnet* au bras   troupier
une fille &/publique &/d' un soldat. – pâle, & à nez retroussé.
                                                                    hanches*
nattes tressées. taille longue. cul saillant. ro  robe d'indienne – traînant
d'une façon               elle s'appuyait
langoureuse                en traînant
sur le bras du militaire en dandinant
ses savattes.   Elle s'appuyait sur le bras de l'homme du soldat – en
et                
ses en balançant ses
grasses                           
fortes        enveloppés
hanches pres dans
une robe d'indienne.
           façon
   d'un air langoureux & canaille.
lui parlant d'une voix rauque.   
                                                           qui l'avait considérée
      Quand elle fut passé  Bouvard la regarder passer avec attention
                                 à qque distance
B.                                  
exprima                      
hasarda sur l'anatomie
de sa personne, une
opinion obscène.
et quand elle fut à dix pas plus loin.
                                                                         brusquemt
                                                        en ajoutant « est-ce votre avis ? »
          remarque fort* crue
Une question obscène à Pécuchet.
                              cynique
                                                                 en demandant à Pécuchet son
avis.
                                                                        & 
                devint rouge jusqu'aux oreilles  sans doute

Pécuchet, se mit à rougir – & pr s'éviter de répondre/se.  lui montra
petits arbres – jalons.                                                                                                s'avançait.
du regard, tout en le frappant du coude.  un prêtre qui passait 
L'écclésiastique en tricorne
                             passa tout près d'eux sans les remarquer. 

le bréviaire sous le bas . . .   Il ne remarqua pas ces messieurs.
& passa devant leur banc 
son 

petits arbresjalons       
                                    mais
                                          Bouvard n'attendit pas qu
                                      – et quand la soutane fut loin
                                                                          eut disparu  
Bouvard.
                                                                  pr
pr dire du mal des
jésuites
moi. je n'aime pas ces corbeaux làexprima des opinions [illis.]
       Sans aller aussi loin que [illis.] lui*. Pécuchet trouvait que
                                                    le plus
ce sont les prêtres qui nuisent à la religion.
Puis p/Puis ils entamèrent                                                   e
Leurs deux rires, plus bas
– vers la fin – après le diner
dans le [illis.]
à propos des anecdotes de B.
Quand ils sont excités
par tout ce qui a    
précédé                  
question des miracles, du Surnaturel.  Ils n'y croyaient ni l'un ni
         au surnaturel
l'autre, Cependant. Pécuchet avait vu des cas de magnétisme bien extra
extraordinaires.
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]