BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 6v.
[Page entièrement barrée en deux blocs.]
3  2.
                                             charma
L'air cordial de Bouvard séduisit tout de suite Pécuchet.
                        tout
[ Pécuchet fut d'abord charmé par l'air cordial de Bouvard. ] –
                à fleur de tête  souriaient                      plaisant*  [illis.]
ses yeux bleus brill brillaient dans son visage rond, orné de courts favoris.
                                                                                     [illis.]
                                                       à plat                                        un peu
et ses mains grasses reposaient à plat, sur ses deux cuisses un peu molles.
                                           en en                                                        &
qui battait dans/par le bas sur des souliers de son pantalon, à gd pont, marquant la rotondité de son ventre, faisait bouffer
castor                                                    dans
sa chemise à la ceinture, [ et flottait par le bas sur des souliers en/de
            La frisure [illis.]
                La frisure* naturelle
               *il avait des yeux bleus à fleur de tê
*. .
et il souriait tout en
s'échappait
castor. Ses cheveux blonds, naturellemt frisés en petites boucles, lui
                                                                                un peu
  des yeux bleus à fleur de tête         à son visage*                 zézayait * [illis.] en parlant
s'échappait de ses lèvres
en sourdine un siff

et il poussait une sorte de
en sourdine une espèce*
sifflement bas*
sans arrêter                              
                  & continu
donnaient qq chose d'enfantin. & il avait la voix aiguë.
L'apparence                                                   frappa    immédiatemt*
L'aspect philosophique de Pécuchet, en imposa tout de suite à Bouvard.
Cependant Bouvard était saisi par l'aspect philosophique de Pécuchet.
On aurait cru qu'il portait une perruque, tant les mêches effilées qui 
   couvraient                                           régulières          des sourcils touffus
garnissaient son crâne ovoïde étaient lisses & noires. – Sa figure d'un
{{  une espèce
poussant du bord des lèvres
une sorte de siffl. continu
espèce
              
La frisure naturelle de ses
petits chev lui donn
  }}
                                                                                             charnu
teint bilieux semblait tout en profil, à cause du nez proéminent qui
                                                                                lui
descendait/ant très bas. – & les sourcils touffus ombrageaient les prunelles. –
                       pr/prises*                                                    [illis.]
Ses jambes enfermées dans des tuyaux de lasting, étaient en disproportion
il souriait
et tout en souriant
                                    du buste  et  [illis.] il avait une voix forte.
avec la longueur de son buste, d'où s'échappait une voix caverneuse.
en                                                                                  
il poussait. sa
il souriait sans
[illis.]. [illis.] poussait
[illis.] une sorte de siffl.
très bas.               
et il                        
Il poussait du bord des 
                    il poussait
dents une
espèce        
sorte de siff
                       cont.
            aimable 
      La physiono

L'air cordial de Bouvard charma, tout de suite, Pécuchet. – 
                         *âtre & toujours entreclos*
                                                      souriaient                           coloré

Ses yeux bleus à fleur de tête, brillaient dans son visage, orné de courts
                  un
                     [illis.]                                   battait
favoris. ] Son pantalon à gd pont, qui battait par le bas sur des
  bottes*                                                            [illis.]
souliers de castor marquait son ventre, et faisait bouffer sa chemise
                                                                       naturelles*
à la ceinture. Ses cheveux cheveux blonds, frisés naturellemt en petites
              légères                                                              d'eux même
boucles lui donnaient qq chose d'enfantin. –  & il poussait du bord
                  un petit
     lèvres      espèce          
des dents une so  de sifflement continu.
        lèvres
             L'air

       L'apparence philosophique de Pécuchet frappa Bouvard
                   dit
On aurait cru qu'il portait une perruque, tant les mêches effilées
                                             piryforme              plates
qui couvraient son crâne | ovoïde | étaient régulières & noires. Sa figure
  d'un teint bilieux 
| un peu jaune | semblait & tout en profond/il à cause du nez | charnu |
                                      et                                                                                  manquaient
descendant très bas. – Ses jambes, prises dans des tuyaux de lasting, étaient
de  contrastaient
les disproportions avec la longueur du buste. Il avait une voix
forte. caverneuse.
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]