BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 8.
4.
                                     Cependant
                               Mais
Derrière
Au bord des toits
, le ciel du côté de l'occident rougissait. Les
leurs*                                                        s'étaient 
jalousies d'une maison en face se relevèrent. /Les ombres/ des petits
                   du trott                                la chaussée        d'*
arbres sans feuilles marquaient sur le pavé des lignes plus gdes.
             et brouillard doré
peu à peu nuit
le jour
la  nuit tombait
au fond une vapeur lumineuse emplissait le fond des rues
                noires             à la nuit tombait*    ils                                    sur bd*
déjà sombres six heures sonnèrent. Bouvard & Pécuchet étaient toujours là
six h. sonnèrent                                                                           encore sur le boulev.
                      
Leurs paroles coulaient intarissablement, [se mêlant comme les flots
                fleuves
de deux rivières qui se rejoignent] – & sur le même niveau les
se dirent
ils se communiquèrent
les 
leurs goûts particuliers
                                plus intimes
.......[illis.].........
bons mots usés
dénigremts
à                                                
des critiques nombreuses. 

                   philosophiques   succédaient aux
les remarques de Pécuchet suivaient les anecdotes de Bouvard.
     ils établirent                     s'abonn*                 - -   considérations [illis.]
Tout y passa les théories - les lieux communs, des  histoires rebatt*
ils s'abandonnèrent à des .[illis.].
                                                             décrièrent/dénigrèrent

et principalement force blâme. Ils critiquèrent le corps des Ponts
                                                              accusèr*
                                                                                             impôts    -  -
- et chaussées, la régie. des tabacs, les système des contributions, – le
                                                                      tels que
                                       toute                  en général des gens qui
gouvernement  et*en général l'humanité. – comme ils avaient subi
                                                                   paraissait* prendre la vie d'une façon*
de gdes dé de gds déboires. Bouvard semblait* les supporter avec/en épicurien.
                     .........[illis.]............
                 B. supportait la vie d'une façon gaillard
scepticisme gaillard* plein d'empirisme* Pécuchet, qui avait le tempérament bilieux, d'une
                         harassant                           avec dégoût. aussi*
                                           P la ruminer d'une façon profonde
façon concentrée.            paraissait
                                                                                              les propres sentiments*
                       *dans l'autre*                               [illis.]                     idées
malgré la différence de
leurs tempéraments
Mais chacun y* trouvait chez l'autre comme l'écho de sa propre pensée*
                         re*                                    ne se rapp*
co*& les parties de lui-même qu'il avait oubliés
une foule. mille choses intimes dont il se souvenait plus. – & bien
                                                         oubliés
qu'ils eussent passé l'âge des émotions naïves, X ( leur figure marquaient
                                                           les
falote* .....[illis.].... inclinant tous deux vers la cinquante
le quarante vers la cinquantaine*. & ils goûtaient dans
ressentant découverte.....                        indescr* & nouveau    sorte
cet épanchement un épan* inexprimable plaisir, un épanouissement
et d'illumination
intérieur tout le charme enfin des tendresses à leur début 
D'ailleurs   comment
           Qui peut d'ailleurs expliquer les sympathies. Par quelles lois
                             tous/tes                                           particulier
s'accomplissent tous les hymens? Pourquoi telle beauté, ou telle imperfection
cela était. indifférence/te ou odieuse dans celui-ci enchante-t-elle dans celui-là.
                                                                                              '   a du mal à
[ Comment justifier les passions les pl/autres, puisque l'on ne comprend/re
pas les siennes.]
                                                                                                        vingt fois
   Ils s'étaient levés de leur banc s'étaient rassis sur un autre, avaient fait
p/vingt fois                                                depuis
la longueur du boulevard de l'écluse d'amont à l'écluse d'aval – & chaque fois par
                                                   chaque*                                      se
une sorte de lâcheté, trouvait/ant qu'il avait encore un mot à dire ou à entendre
une                                                                                    qq chose à entendre ou
une chose importante                                                                     communiquer
qu'ils
n'en
avaient
pas fini
– qq chose. à exprimer ou à  recevoir
                                                                                                               étaient*
                                    ils allaient                2           1                                jointes  
                        enfin au moment de se quitter définitivement .. les mains jointes
                             ..../eh*
                                      ma foi
quand Bour/vard dit « si nous dînions ensemble?
– Pécuchet — « j'en avais l'idée – mais je n'osais pas vous le proposer.
                   répliqua
                   répondit
[Transcription de Cécile Supiot ]