BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 8v.
[Page entièrement barrée]
2.
             aimable
         bon enfant                séduisit              Pécuchet

L'air cordial de Bouvard charma de suite Bouvard
                                       un peu trop gros
Ses yeux bleuâtres & toujours à demi-clos souriaient dans son visage coloré
     un                                          battait
son pantalon à gd pont qui flottait par le bas sur l/des souliers de castor
                                                   godait                                           et
marquait son ventre, faisait bouffer sa chemise à la ceinture. Ses cheveux
           naturellemt        en petites bou    
blonds, frisés d'eux mêmes en boucles légères lui donnaient qque chose d'enfantin –
      il poussait du bout des lèvres
                                                   sortait             espèce de
et du bord d/De ses lèvres s'échappait un petit sifflement continu
                                              entr'ouvertes     sortait
L'apparence philosophique de Pécuchet frappa Bouvard.
                                                                                               noires*
On aurait dit qu'il portait une perruque, tant les mèches effilées qui
                                        pyriforme
couvraient son crâne protubérant étaient plates & noires. Sa figure semblait
                                           élevé                                              prises dans des tuyaux de lasting
tout en profil à cause du nez charnu, descendant très bas. Ses jambes manquaient
                                                                      et
de proportion avec la longueur du buste. & Il avait une voix forte, caverneuse.
Cette exclamation lui échappa :
– « Comme on serait bien à la campagne. » 
                                                                                                 L'air
                                                                    fatigant                                      guinguettes

Mais la banlieue, selon Bouvard, était assommante par le tapage des cabarets
     le monde                                                                                                        [illis.]
    la foule                                       bien qu'il

                                                   cependant                                                 enuyé
Pécuchet pensait de même, bien qu'il commençât prtant à se sentir fatigué de 
la capitale, – Bouvard aussi. – Et leurs yeux erraient sur les tas de pierres à bâtir, sur 
l'eau bourbeuse où une botte de paille flottait, sur la hte cheminée d'une usine
                                                                              arrivait          odeurs
se dressait/ant à l'horizon. De temps à autres, passait des miasmes d'égout
                                                                                pass              exh          passaient
                                                                                                                       s'exhalaient
mêlées à l'odeur de la poussière.
Puis ayant          
ils firent volte face
sur leur bans, le dos*
                                                                           alors 
                                                                          et

Ils se tournèrent enfin, de l'autre côtéalors ils eurent devant eux les murs en briques
du grenier d'abondance.
                                                                   surpris                 encore
Décidément (& Pécuchet en était fort éton) on avait enc plus chaud dans
les rues que chez soi. [ & les gouttes de sueur mouillèrent son front ]
Bouvard lui conseilla de mettre bas sa redingotte. Lui, il se moquait du
qu'en-dira-t-on, | de la cérémonie*. |
                       passa sur le trottoir                     le trottoir
                      [illis.]                                      traversa en zig-zag

un ivrogne déboucha de la rue  de la Cerisaye violemment comme un  projectile             
mais                        passa tout à coup sur le trottoir
et tout dépenaillé,abject, vociférant
{{  Bouvard eut un sourire
d'indulgence. Pécuchet témoigna
}}
Bouvard : En voilà un dit Bouvard « qui s'est trop rafraîchi
son mépris               & ils causèrent des
Pécuchet répliqua en haussant les épaules
                                                           tourna*               s'engagea     
                                         et la conversation s'engagea sur
– « Si ce n'est pas pitoyable »
                                                                                  les ouvriers
et ils entamèrent une
conversation sur
      Et la conversation s'engagea sur les basses classes de la société, la
                                                   Leurs opinions étaient
politique, le gouvernement. Ils avaient les mêmes idées, – bien que celles de
bien que
qque
qque

                    fut
Bouvard fussent peut-être plus libérales.
                                                                                           la 
                                                                                           leur devint
                                    et après à propos des ouvriers, une conv polit. s'engag
                                          ils discoururent . . .
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]