BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 10v.
[Page entièrement barrée]
2.
L'aspect                             charma de suite
L'air cordial de Bouvard duisit immédiatement Pécuchet.
                                          et   et
        Ses yeux bleuâtres & toujours à demi clos, souriaient dans son visage coloré.
un pantalon à gd pont qui flottait par le bas sur des souliers de castor,
marquait son ventre, faisait bouffer sa chemise à la ceinture. Ses cheveux
blonds, frisés d'eux-mêmes en boucles légères, lui donnaient qque chose d'enfantin –
                               bord  de ses         s'échappait
et il poussait du bout des lèvres, un petit sifflement continu.
L'apparence philosophique de Pécuchet frappa Bouvard.
                  cru d'abord                                           longues
On aurait dit qu'il portait une perruque, tant les mêches éffilées qui recouvraient
                   dit                       [illis.]                                           éffilées
             protubérant au sommet*
son crâne pyriforme était plates & noires.  Sa figure semblait tout en profil
                         élevé
                           charnu
à cause du nez charnu descendant très bas. [ – & ses jambes prises dans des tuyaux de
lasting manquaient de proportion avc la longueur du buste. ] Il avait une voix forte 
caverneuse. 
                                                                              ...[illis.]... 
lui échappa                               « Ah ! l/dit-il en soupirant 
Cette exclamation Ah » dit-il en soupirant* « comme on serait bien à la campagne. » dit-il en soupirant
Il exprima d'abord le désir d'être à la campagne.
                                                                          assomante
      Mais la banlieue, selon Bouvard, était fastidieuse par le tapage des cabarets, des
voitures, la foule.
                          pensait de même    bien qu'il commençâit
      Pécuchet eut un geste de d'assentiment. Il commençait, prtant à se sentir
enuyé* dégouté
bien que celles fatigué de la Capitale. Bouvard aussi. – & leurs yeux erraient sur les tas de pierres à
                   l'eau                                                                                    hte
bâtir, sur l'onde bourbeuse où une botte de paille flottait, sur la cheminée d'une
pompe à feu                                                                                          hte
usine se dressant à l'horizon. [ Dans toute la longueur du trottoir, les petits
                                           [illis.]
arbres sans feuilles se suivaient, avec une rectitude géométrique. ] & de temps
                          il
              il [illis.] arrivait 
De temps à autres passait une exhalaison d'égout, mêlée/s à l'odeur de la poussière
                  passait   des miasmes                           enfin
[ Tout en gardant leur places, ] ils se tournèrent de l'autre côté. alors, ils eurent
devant eux les murs | en briques | du grenier d'abondance. 
                                                                                  blême
        Des gouttes de sueur mouillaient le front pâle de Pécuchet. – Décidément
      et/n était
Décidémt
(et
  Pécuchet s'en avouait*
il en était fort étonné) – on avait encore plus chaud dans les rues que chez
soi. Des gouttes de sueur mouillaient son front blême.
                                                                                        – [illis.]/lui
Bouvard lui conseilla de mettre bas sa redingotte. – Il se moquait de l'opinion,
                                                                                              [illis.]
     d'ailleurs                                                                                 de la cérémonie
d'ailleurs, prquoi se gêner ?
                                                 déboucha 
                                               sortit de la rue de la Ceriseraye, voil violemment 
           mais                              sortit de la rue de la Ceriseraye* comme 

à ce moment, un ivrogne passa sur le trottoir, abject, débraillé
à 
vociférant 
                                                                                           tout
                                                      comme projectile, & tout dépenaillé
                                                                                abject, vociférant.
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]