BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Brouillons, vol.1, folio 11

4.
Vingt fois, Ils s'étaient levés, s'étaient rassis, & avaient fait vingt fois la
ne pouvant s'y décider longueur du boulevard depuis l'écluse d'amont jusqu'à l'écluse d'aval
                              voulant
partir* voulant     voulant partir                  s'y résoudre
voulant chaque fois s'en aller, ne le pouvant  & comme retenus
                                                                s'y résoudre et comme
                           fascination                              .....[illis.]...
comme par un/e enchantement.
                                      prtant
Enfin ils se quittaient  enfin & leurs mains étaient jointes quand Bouvard
         le
avec un sourire qui lui bridait le coin des paupières, dit brusquement
                                                                                                         tout à coup*
— Ma foi, si nous dînions ensemble ?
— J'en avais l'idée » reprit Pécuchet « mais je n'osais pas vous le
 proposer.
              rue des soeurs/filles du calvaire qui faisait l'autre
& il se laissa conduire dans un restaurant au coin de la rue X
                                                  petit                               temple
établissement modeste  « où l'on serait bien »
                                                     peu de bruit 
                                                                        en effet  une douzaine
                                                               cinq à
Il y avait
                     peu de monde – six ou six tables
En effet, pas de bruit. presque pas
tout au plus
très basses s'étalaient*
                                        sous la fraîcheur arrivait    
et dont nappes  *sous le vent parvenu du jardinpar le vent qui venait
aux fraîches
         bouffées du vent
 survenant de temps
                      à autre
retombant jusqu'à terre                       oscillaient *doucemt  les molles bouffées
par toutes                gdes
de toutes les fenêtres ouvertes
Bien aise de pouvoir se reposer & être face à face.
                 s'installa                                              largemt
Bouvard se tomba tomber sur la banquette de velours
             pr lui
prenant le côté de      en écartant écartés    bien
le dos à la muraille.– les bras sur le dossier, à son aise. & commanda
       menu, qui fut approuvé par
le  dîner. Pécuchet, plus timide, se conforma au menu.. du
X semblait dénué de toute sensualité
renversa                         
Il combattit plusieurs de ses
préjugés touchant
sur l'insalub
pernicieux
        l'effet salutaire ou
 
funeste de certains mets
aliments            
comestibles   & lui
fit prendre des épices
malgré sa peur de
  s'incendier le corps
reste ils avaient les mêmes goûts culinaires.
                                     – Bien aise de se trouver assis face à face.
Bouvard fit les sauces   une manière d'assaisonner la salade
                                                 de ces
             
Il combattit plusieurs des préjugés à l'encontre
épices. Pécuchet craignait de s'incendier le corps. choses nuisibles ou bonnes
                                                                                        bonnes ou funestes
                 tels que la manière
                 tels que de bien essuyer
pr la santé, frotter la peau des prunes parce que la fleur est nuisible à
                              la peau                     excellente
l'estomac, tandis que du des pèches est  bonne pr la poitrine
                                                          peur                                                          
                             
Il/Pécuchet avait peur aussi de s'incendier le corps avec
Pécuchet , [illis.]                                
il l'avait entendu dire à son pèrepeur des courants d'air
les  épices. Il lui  en fit prendre & l'engagea se moquer        & de la médecine
en parlant* de la
M [illis.] médecine
        ils                  
pr  [illis.] sur
dumouchel professeur
Bouvard s'en moque                        [illis.]                    du mot
ayant    
ayant discouru sur la médecine, ils exaltèrent            entretien sur
                                                                                          cita
                         Ce n'est pas que Pécuchet fût ignorant, il avait deux
ou trois mots latins, possédait une teinturede médecine, avait
même vu disséquer, croyait au magnétisme

                                             Avantages des Sciences, le bonheur
d'être instruit

d'avoir de l'instruction, afin de pouvoir causer de tout.




[
Transcription collective, Scriptorium Bouvard et Pécuchet ]