BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...

Bouvard et Pécuchet, chap. I, Brouillons, vol. 1, folio 15v.
5
malgré cela                            *Je consac.*
malgré ses occupations n'empêcher                               tous les jours q*
Le métier                                           consacrait dit-il 
Il l'emp par
des côtés plus
pratiques
Cela n'empêchait point Pécuchet de consacrer chaque jour qques heures
cela ne l'empêchait point
                                            chez lui
à l'étude.– & même d'avoir une bibliothèque contenant des livres
    curieux          notamment
intéressants, principalement sur le magnétisme & la Révolution française.
                                                                                      et
passa plusieurs heur
collectionnait des
brochures
interessantes  

une petite
venait d'inventer

     
[[Il avait noté des fautes dans l'histoire de Mr Thiers, parla avec les plus
démontrais*      certain                                                 & comparant
citer gds respects d'un monsieur Dumouchel professeur. Ensuite il exposa
                             s'occupait [illis.]   système de
un système de son invention d'un nouveau chauffage économique.
                             & cherchait
                                   terminait actuellemt. Puis il parla avec les
Dumouchel                & inventait
                                          plus gds resp.
Bouvard l'admira beaucoup. tant de connaissances.
               se sentait                      [illis.]
   montre en
sa chaîne de cheveux
son
La netteté de ses ongles/petit sourire
                                                moqueur


Il possédait      2            1
            En revanche il avait une autre pratique de la vie. A la manière
Sa chaîne de montre en cheveux. & la manière seule
    dont il écrasa le foie de canard, pr faire la sauce & dont il retourna la
                                                                  en sauce
laitue dans le saladier on voyait bien que c'était un homme possédant
l'opinion décelaient
le roquentin plein d'expérience,
l'homme pr qui la vie parisienne
n'a plus de secrets. [[on le
regardait
. avec Les voisins
le regardaient. Tous les gens
de l'établissement paraissaient
pr lui plein de respect,
le genre de considération
appartenant à ceux qui
ont naturellemt de l'autorité.
Le coin de la serviette
               gauche [illis.]...
passé dans l'aisselle il portait
à ..[illis.]... M gauche
les morceaux à sa bouche
tout en débitant   M
toutes les finesses de l'existence. La dame du comptoir évidemment
                                       [le dîner en soi]    N
avait de la considération pr lui   il débitait des plaisanteries qui
                                                             particulier  sonore*     grave
faisaient rire Pécuchet. C'était un rire austère, une seule note très
                                             en gardant*
                                                 prunel fixes
    [illis.]. & qu'il poussait les yeux & sans ouvrir la bouche
basse, toujours la même, à temps éloignés  Celui de Bouvard, qui secouait
                                                           égaux                        lui
                sonore perlé   continu  découvrait ses dents. & secouait l/ses épaules
ses épaules était strident, perlé    étonnement du public et
                                                               étonnait le public      [illis.]
          se                les consomm*                      en
faisait retourner ceux qui buvaient de la bière en dehors sur les petites
       au dehors   rondes
tables   [et à tous les traits d'esprit de Bouvard, Pécuchet disait                                                
il mangeait violemt]] {{— assez assez : c'est trop fort.
          s'il entendait
— Si vous entendiez Barberou, ce serait bien pis
— Je ne peux pas le croire.
]}}
Le repas fini
          Pour que la débauche fût plus complète, ils allèrent prendre
                                   établissement
le café dans un autre endroit.  pr que la débauche fût
                                                    afin                       plus
                                                                              complète   
Confidence sur leurs habitudes en route                                               tous deux avaient
Chemin faisant, ils se dirent leur âge, l'un avait 38 ans
la quarantaine [illis.] un peu         qui était le même.
l'autre quarante. – & ils en furent mutuellement étonnés. On les
ils car ils avaient l'air    ce qui tenait sans doute à prestance de B.
aurait crus plus vieux.     Bouvard à cause de sa corpulence, et
                      soufrait                                    et au teint jaune de Pécuchet.
Pécuchet de sa figure bilieuse.
                         sa figure.]]
[Transcription de Joëlle Robert ]