BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 16v.
[Page entièrement barrée]
III.
                                                                    les dissemblances faisaient
ils s'emboîtaient, – se complétaient. – Les dissemblances faisaient
une harmonie
une harmonieB. fumait, Pécuchet prisait. – la hte taille de B
][     La hte* de B. protégeait dans les foules Pécuchet. – qui lui était commode en ce qu'il
lui donnait le      B. pas lents. Pécuchet petits pas vifs. 
bras pr s'appuyait/er sur son bras. – l'un aimait le fromage, l'autre les confitures
                     dessus
                           dans le [illis.] de B.  prenait un canard.

Celui-ci*/Pécuch* son café sans eau de vie, celui-là rien* qu'un petit verre
La gaîté de l'un tempérée par le sérieux de l'autre.
Les différe   les différences
contribuaient à faire un tout
harmonique.  B fumait         
& P. prisait                              
 n'avaient pas besoin             
          de se faire   de                        
      
concessions.                        
                   tout                                               en ce qu'ils avaient
et malgré cela, ils se ressemblaient par une certaine inquiétude native.
 un vague d/mécontentement qui est peut-être  l'idéal le besoin de l'idéal    
                            le désir du mieux*
une agitation naturelle.  Bouvard étourdi comme une linotte  
                                                                            La gaîté de l'un tempérée
                                                                            par le sérieux de l'autre
Pécuchet distrait comme un savant.   
             chacun voulut faire jouir l'autre de ce qu'il avait de meilleur
                                                                      [illis.]                  [illis.]

c'est-à-dire montrer son ami.  & Bouvard se rendit à t  où
                                                 commis
était Barberou. – c'était un commerc*-voyageur pr le commerce
– pr se faire valoir soi-même
et pr faire participer

 un trésor.      
l'autre à ce qu'on croit bien
                                         chic indépendant – avait pr maîtresse
.... l'homme qui se fout de ça.
                                                                     son mauvais ton déplut
                                                                  une petite fille des Délassemts
à Pécuchet.                                      
                 mena  faire une visite à
Pécuchet montra Dumouchel – professeur dans une pension de jeunes filles
de littérature dans un pensionnat de jeunes personnes
leçons de physique & pédant en grammaire, en fabuliste*,  ne pensant qu'aux fautes
                  et
de français. son pédantisme ennuie Bouvard.
                                                              double 
                               et par suite de cette dépréciation

          et peu à peu ils s'av  chacun avoua que son ancien
     peu à peu                                                   en reconnait la justesse &
ami l'embêtait/nt.
P. quitta sa pension bourgeoise. B. trouva qu'il y a autant
d'économie à  ne plus manger chez lui – & ils dînent ensemble
tous les jours, ne se quittent plusne peuvent plus se
       voir
passer/ent  l'un de l'autre. services réciproques qu'ils se rendent
 tous  ensemble tous les soirs & tous les dimanches & fêtes
[Transcription de Atsuko Ogane]