BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol 1, folio 19.
6.
                                 noir
                      sapin          placé                             incommodait
un bureau de bois            inutile* &                           génait  

Une table
en bois noire, placée dans le milieu, incommodait par ses angles
et tout autour, sur des planchettes de sapin, sur les trois de/chaises de paille 
sur le vieux fauteuil    &
diverses médailles
des graines curieuses


des graines de plantes curieuses*

tabatière de carton
la X d'un X X  des
coquilles
& par terre  dans les angles coins, il y avait pêle-mêle plusieurs volumes
                                                                                                                     un Fénelon
de l'encyclopédie Roret, le manuel du magnétiseur, les Évangiles, un Fénelon   
                                                                               tas de paperasses
d'autres bouquins de petit format, avec des liasses de vieux papiers, une 
                                             deux                  des tabatières  de carton* représentant
boîte de mathématiques, trois noix de coco, la réduction en stuc de
les rois*, diverses médailles, des graines curieuses curieuses, un bonnet turc & des 
                          1                               2
six sept la colonne Vendôme, & des coquilles rapportées du Havre par Dum 
                                                                  fine                  quatre murs*
Dumouchel.  une couche de poussière veloutait les murailles autrefois
                                                                                           4 murs
un bur* peintes en jaune.  La brosse pr les souliers traînait au bord du lit dont
draps draps couvertes                                se creusait                 se creusait

les couvertures pendaient. [ Le carrelage, sous le bureau avait un creux
                ordinaire                                                             avaient
à la place des pieds. Les bras du fauteuil de basane s'étaient branchis
sous le frottement des coudes. ]  on voyait au plafond une gde tache
| noire | produite pendant les hivers, par la fumée de la lampe.
                    [illis.] lourde                  un peu
L'atmosphère trop chaude gênait un peu Bouvard. qu  & il fut d'avis 
                                lourde
une boît. de math.
et sur le [illis.]
[illis.] tabat. de cart
.
[illis.] des rois
d'ouvrir la fenêtre
— « Les papiers s'envolèrent/eraient » s'écria Pécuchet qui redoutait d'ailleurs les courants
                                         eraient »
d'air.
Cependant il avait peine peine lui-même à respirer, dans cette petite chambre, 
  trouvait 
 ......[illis.] ......                                                                       le
qui se sous d/les ardoises & chauffées depuis le matin par un soleil de juillet.
– vous auriez moins chaud
                       [illis.]
sans votre  flanelle
                                           moi
                         conseilla* [illis.]  à votre place je [illis.]  n'ôter  j'ôterai ma
                                                                   il ne retirait
Bouvard lui dit — « Pourquoi [illis.] n'oteriez-vous* pas votre flanelle ?
                                        c'est qu'il devait ôter
— Comment ? » & Pécuchet baissa t/la tête, s'effrayant à l'hypothèse
de n'avoir plus sur le
                                 corps son
de ne plus avoir son [illis.] 
        [illis.]           
de ne plus avoir son gilet de santé.
— Eh bien, faites moi la couduite » reprit Bouvard « l'air extérieur vous
                         y
rafraichira » &  il mit tant d'insistance que Pécuchet repassa ses bottes
                                                                                      d'honneur
en murmurant — « vous m'ensorcelez, ma parole d'honneur. »
                               et
et il l'accompagna, malgré la longueur de la route,
il l'accompagna                                     Tournelle   [
jusque chez lui en face le Pont de la Tournelle, au coin 
au coin                                      ]  & du Pont de la tournelle
de la rue de Béthune, dans l'île St Louis.
                           P                                                  mais
         à la porte, il fit qques façons pr monter, puis
céda par politesse.
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]