BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillon, vol. 1, folio 20
7
                                                                               trop lourde
               qui           bientôt gêné                             de la
Bouvard se trouva affecté* par l'atmosphère de la chambre
Cependant, à l la croisée fermée rendait l'air étouffant.
gênait un peu. B.          &
encore* trop chaud & il demanda donna le conseil
                                            fut d'avis
d'ouvrir la fenêtre. 
                                                              s'envoleraient
— λ il [illis.] à caus des/Les papiers – s'écria P.
qui
Mais Cependant [il soufflait     
avait peine lui-même         
à respirer dans                        
         petite                        
cette chambre       close
les ardoises étouffantes
  qui                                     
étaient sous les toits   
qu'il n'en pouvait
depuis long.
chauffés par le
plus 
soleil.
& redoutait d'ailleurs
et des courants d'air.
{{retirer la flanelle ?Comment
                                                                                             cette
                                                  il                            devant l'hypothèse
assis au bord de la couche, rêvait avec terreur à l'idée
                                                        s'effrayant à
de ne plus avoir
découvrir de son gilet de santé.}}
de se
les ardoises
immédiatement sous le toit
d'ardoises, chauffé depuis
le matin depuis le matin
par un soleil de juillet.

et               
alors              
                                                              reprit B.  &
— Eh bien, faites moi la conduite. ça vous rafraîchira ...
mais P.                            ait que
B. insiste. – & prétend. que ça le rafraîchira.
Pécuchet rede. & sa portière surprise de le voir sortir à cette heure-là
ce qui prouvait qu'il avait des habitudes rangées.
«—
B. lui dit  pourquoi ne pas retirer votre flanelle ? »
— Comment ?
                                                     pensif
                           & P. demeura tout rêveur  les yeux fixes
                                    baissa la tête & resta
                                                                           s'effrayant à
l'hypothèse de ne plus avoir son gilet de santé.
— Eh bien, rep faite moi la conduite » reprit Bouvard. & il
insista tellement « L'air extérieur vous rafraîchira. » & il fit
& il y mit tant
d'insistance
si bien que Pécuchet, malgré sa fatigue, repassa
                       murmurant      je
ses bottes en disant      — « vous m'ensorcelez, ma parole
                                                                                d'honneur
Sa portière fut surprise
[Transcription de Joëlle Robert ]