BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 22
7
                      l'accompagna
          Puis il marcha à ses côtés
[illis.]
et sans
*                                                      
malgré la longueur du                  Sans s'apercevoir               
                 en effet                    il ne s'aperçut
                        de la route                                                 distance*
Le plaisir de la conversation abrégea la longueur de la route
l'                      
Il accompagna
          Pé                
à la porte P fit des/qques
façons pr monter
mais céda
, par      
politesse..            

                   chez lui
jusque dans                                         en face
Bouvard logeait dans l'île St Louis au coin du quai de Béthune & du
en face le                                  {{de la*
Pont de la Tournelle                 rue de B*}}
                   de B.                         B.
Sa chambre, bien cirée, avec des rideaux de percale & des meubles en acajou
                                                                     rivière
« jouissait d'un balcon ayant vue sur la Seine
Pécuchet  y remarqua  un beau sucrier d'argent.
Pécuchet remarqua une flûte, qques pièces de théâtre & les deux/ le long
                                             2                     1
P. y remarqua tout de suite                                                    une 
                                                                                            qque flûte
                                     quantité  des
côtés de la glace une douzaine de daguerréotypes – ce qui prouvait
                              une quantité
représentant le gd nombre de ses/des amis entre lesqu
l'étendue de ses relations. Bouvard les nommait & désigna entr'autres
                             connaissances
                                               un
Barberou, – puis montrant le portrait à l'huile, [illis.] sur
             de son
le chevet du lit                                                                                         Deux favoris
                                                 la figu considérable                           carottes

— mon oncle » dit-il                                                                      de couleur élargissant
                                    éclaira                                   son visage                         surmonté
Alors le flambeau                
Sous la bougie
qu'il portait à la main
promenait lentemt
sur les objets
où la rosette de sa
crav blanche s'épanouissait.
il avait des diamants au
g/jabot. &des breloques
à la montre.
                    distingua                  très rouge de teinte & avec toupet pyriforme
tremblante...       un monsieur en gde toilette. les yeux en poire
                                            Croix M*                            Il était dans
retroussait/ant par la pointe –  col sa cravate blanche à rosette, engoncé par
      3              3*              2               1   de la chemise   un  à sa veste/chemise
le col de chemise du gilet & de l'habit.       – diamants, breloques 
                                                                      torsion de la bouche*
                                                                      grimaces mouvantes*
petits yeux air opulent & malicieux.                
                                                                               sous les repeints
                                                toile
              & les embus de la peinture
                                 reparaissant à contre-jour
le faisaient grimacer
                                                                   comme s'il avait eu des tics & le rendaient plus
                                                                                                                                         vivant.
Pécuchet du premier coup fut saisi par la ressemblance &
La ressemblance était si manifeste que Pécuchet ne put retenir cette phrase
                                                                                                   s'empêcher de dire
l'ayant considéré avec attention
                      jurerait
— mais.. on dirait que c'est votre père ?
                      Ah,
— n'est-ce pas ! » reprit Bouvard négligemment.. Il Du reste le bonhomme
              au loin en                        jamais [illis.]
habitait la province & ne donnait jamais de ses nouvelles, bien
bien qu'étant
qu'il fût son parain.
                               se dirent
et à ce propos, ils s'apprirent leurs noms de baptême. 
                     par
                    avait ....[illis.].....                            et
Bouvard s'appelait Denys Bartholomée. Pécuchet Romain
                        &                                       leur âge était le mê
Juste Cyrille. & ils avaient tous les deux le même âge & [illis.]
coïncidence de plus
cette similitude
les flatta
leur fit plaisir
       intérieurement   chacun ayant cru d'autre d'abord l'autre
ce qui les surprit. ils s'étaient crus plus vieux. & ils en donnaient*
mais ne [illis.]             sans doute
l'air. – ce qui tenait à la prestance de Bouvard et au teint
jaun                               Puis résumant la journée après quoi
bilieux de Pécuchet. Pour la vingtième fois   ils se félicitèrent
                               quel singulier Comme le qqfois arrang les choses
                                            [illis.]     hazard.                  pas
de leur rencontre.                                         s'ils n'avaient eu tantôt
                          pr se promener                  car
l'idée de sortir, bien qu'ils n'eussent à faire, ils seraient
peut-être morts avant de se connaître ! [n'était-ce pas
                                         en qque sorte, providentiel ?
[Transcription de Joëlle Robert ]