BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 26.
8.
Il était le fils d'un petit marchand, & il n'avait pas connu sa mère
                                                                                          à 15 ans
morte, très jeune. par suite d'un désastre commercial, on l'avait à
15
15
ans
retiré de pension à quinze ans & mis chez un m/huissier. mais un jour
mais                  survinrent                        envoyé
mais les gendarmes y étai    & le patron fut condamné aux galères, histoire
                         y
catastrophe*                             causait
tragique qui lui inspirait encore de l'épouvante. Ensuite il avait essayé
                    métiers*                                 élève en pharmacie
de plusieurs états, maître d'études, commissaire en librairie, comptable d/sur
                                           2                       élève en pharmacie
                                                                            1       admirant
un bateau à vapeur.  Enfin, un chef de division séduit par son écriture
                                                                                         d'[illis.]
l'avait engagé comme expéditionnaire, | & | l'espoir de la retraite le soutenait  
                                           d'un                    incomplète                  besoins d'esprit
mais | la conscience de | son instruction défectueuse avec les désirs qu'elle lui
                excitaient son humeur        naturellemt ..[illis.].. chagrine
donnait  stimulaient sa mauvaise humeur naturelle. Tous ses frères
                                                       motifs     d'intérêt
s'étaient fâchés avec lui pr des raisons d'argent | & il vivait seul.
            2 
        femme             1                                        sans amis*/parents   sans femme
                                                                                   2                                  1
sans parents, sans parents. complètement seul. Sa distraction du dimanche  
était d'inspecter les travaux publics.
Bouvard, non plus n'avait pas de famille. Ses plus vieux souvenirs le
                     sur les bords de la Loire                    Puis
reportaient en Picardie, dans un cour de ferme. Puis, un homme qui
était on/son oncle l'avait emmené pr à Paris pr lui apprendre le
                   et                                    le dota du [illis.]
commerce.  Quand il fut majeur, on lui donna vingt mille francs. il/alors
alors
plus tard
six moix après
il avait pris une femme alors &                         papeterie
s'était marié & avait ouvert une boutique de ...[illis.]... 
madame, peu de temps après* disparaissait     confiseur                                                        
mais sa femme avait disparu en emportait/ant la caisse. son indolence 
   son épouse                                  ami
                                                   les emprunteurs  & la paresse  surtout la paresse
les amis &L'amour de la bonne chère & les nombreux amis n'avaient pas tardé 
                                         on lui donna le [illis.]
                               alors ne sach

à finir le capital.  Alors il eut l'inspiration d'utiliser sa belle
                    ne sachant que faire il eut l'idée
                                douze                                [illis.]       maison

main  – & depuis dix ans il restait dans le même établissement
                  il se tenait      /années   bientôt   l'autre
[ où on l'aimait pr son caractère facile. ]  & l'hiver précédent, son oncle
tout en lui
envoyant
le portrait
                apprit/écrit  correspondance      [illis.]/de se marier   
lui avait annoncé par lettre, qu'il venait de prendre une épouse. & lui
                    en même temps 3    1          comme souvenir 
envoyait comme souvenir, son portrait.  Bouvard, sans aucune nouvelle
            lors                                                com
depuis lors, ignorait même sa résidence & n'en attendait plus rien
   quze cents  livres                                       débacle
Deux mille francs de revenu, sauvés de la ruine. lui permettaient
                                              lui perm.
avec ses gages de copistes d'aller/ait tous les soirs sommeiller dans un
estaminet.
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]