BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 28.
11.
                  des inventions nouvelles*
ils s'inquiétaient de X. X X
           – expositions      s'inquiétaient                         
                                             désiraient                             [illis.]
ils s'informaient de tout, voulaient tout savoir, c'était une curiosité
{{les lectures de P.
les connaissances
pr. de B
.
}}
Curiosité générale extraordinaire . . .  & leur intelligence
                cette
générale, une émulation, cette curiosité
                                                seul               d'idée*
se développa aussi par l'échange de leurs pensées & sous
                                                                      même
& sous le fait même     par le seul échange de leurs pensées
& par
& sous la chaleur
& sous l'échauffement
  l'éch* la chaleur d'un sentiment nouveau – leur intelligence se développa
                  & l'excitation
Puis* avec                                                              pratiques
Avec  les lectures de Pécuchet, les observations de Bouvard tout
                                                                                  saisir dans les conversations des
                                      récolter           les                                               autres
     profondeur         
Sans suite, ni méthode
[[ ce qu'ils pouvaient recueillir par leurs yeux . . entendre . . . apprendre
                     se                   ensemble    notions
n'importe comment  ils formèrent un amas de [illis.] connaissances
connaissances
indigestes mais
assez considérable
d'une certaine
        leur
*                           
         
étendue          


de façon ou d'une autre  leur horizon s'élargit, & des lueurs
  com
  des clartés
éblouissemts voltigèrent dans leurs ténèbres.   ils apercevaient
& au fond d'un horizon  chaque jour plus reculé ils apercevaient
dans le lointain perspective des choses sans noms qu'ils désiraient
                                                                                             alléchantes
                                                         
  à la fois &                alléchantes
                                   confuses et merveilleuses &
atteindre.
     
Ayant plus d'idées, ils eurent plus de souffrances.] La vue d'un
                     ancien leur faisait
vieux meuble leur donnait*[illis.] regretter de n'avoir pas vécu à
                                                             ignorassent complètemt
l'époque où il servait, bien qu'ils ne connussent absolument rien*
                                                                                                    [illis.]
de cette époque-là. D'après les tableaux & des gravures de voyage
                                 des/[illis.] imagination/s de/s pays*. . .
                faisaient        &
ils se fabriquaient des pays d'autant plus beaux qu'ils n'en
          fabriquaient dans leur
[illis.]                   qu'ils n' auraient pu
Les livres de science dont
ils ne comprenaient pas
les titres, leur semblaient
                         [illis.]        
contenir Dieu. un grand
secret de Dieu.
pouvaient rien préciser.  [ & ayant plus d'idées ils eurent
plus de souffrances. un besoin d'espace & de liberté les tourmenta.
Quand une diligence passait devant eux, le coeur se soulevait
                       avec elle
à l'envie de partir. Le marché aux fleurs leur faisait
désirer la campagne. Bouvard avait des réminiscences 
de champs . . . Pécuchet enfant de Paris, élevé
                                    ils firent des
de Paris  en cage. Au printemps . . . promenades aux environs
Suresne & Meudon . . .
           l'idée qu'il faudrait
rentrer, qu'ils ne
pourraient pas
recommencer
coquelicots, poussière sur leurs souliers, . . .  regardant
par la clairvoie des maisonnettes, les pelouses . . . sourde
envie. – gde amertume. ne voulurent plus recommencer
                                              ça leur faisait trop de mal                ]]
[Transcription de Joëlle Robert]