BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 28v.
[Page entièrement barrée]
9.
            non p*        pas de famille            &                        de B.
Bouvard n'avait jamais connu la sienne. Les plus vieux souvenirs le
où de temps à autres
un Mr venait le voir
reportaient  en Picardie, dans une cour de ferme où de temps à autres
Puis                       d'où          un matin  mis*/emmené   
un monsieur qui était son oncle, l'avait placé à Paris pr lui apprendre
                                                       où on
le commerce, chez un confiseur qui l'employait à faire les courses
                                   avec les 20 mille fr. qu'              à      
Il avait acquis l'instruction qu'on gagne n'importe comment
                              21 ans                              une petite fortune de
une fem
avait pris une boutique
quand il fut majeur
on lui donna 20 m fr.
alors il s'était
mar.       fem
                   épouse*
& av ouvert
une bouq
il ne savait que devenir
*les parties de compagnies*
il s'était [illis.]
[illis.]
sur le [illis.]]  À sa majorité, il avait reçu vingt mille francs
             [illis.]                                                     à la maj.
il avait ouvert une     [illis.]        

                        établi confiseur                                             mais son
s'était marié & avait ouvert une boutique de papeterie  – Sa femme
avait disparu*/s'était enfuie* 
                                         [illis.]          en      en laissant des dettes et en

avait décampé avec le premier garçon, emportant la caisse. – 
                du capital n'avait pas disparu*/[illis.]                       amis
le reste du capital avait été mangé par des prêts aux [illis.]
                                                                                     empruns*
                                                                                  se cons.*  

son  l'amour de la bonne chère et son extrème paresse.  Il avait
réduit à
n'ayant que
2 mil fr. de rente & ne charchant aucun métier            longtemps
été dans diverses maisons, compagnies d'assureurs  placier de  
                                                                                     de
lui donna l'idée lui était venue           Ψ   une fois, il y avait cela dix ans    
quand il          
[illis.]
                                                                                                lui
vin*.  enfin d'/utiliser sa belle main. Quant à son oncle il avait
  eut l'insp           le conseil*
annoncé par lettre
                      apprendre*                      prendre une épouse
[illis.] pr lui annoncer qu'il venait de se marier
& comme souvenir*
Ψ    depuis 10 ans il n'avait
et bien qu'il laissât
passer des fautes [illis.]
pris femme, |en lui annonçant qu'il n'avait plus à attendre |
lui envoyait un   comme souvenir !
                                                      comme               [illis.]        temps
sa*    le portrait qu'il lui envoyait en même temps B. ne savait
n'en avait pas/plus encore entendu parler. ne savait                                           c'était plutôt    
étourdi
Ψ     & on l'aimait
généralemt à caus*
assez dans la maison 
il était    
de son hum facile
où il recevait
 
même pas où il vivait.   Apathique, sommeillait le soir au
              sa résidence      A     N
       l'endroit de
café.
          une pareille                                                      donc plus pr*
Dans cette existence monotone leur rencontre avait été une espèce
                                  la                     plus souv              d'abord
d'aventure.  Pour en renouveler l'agrément, ils virent tous
X.  2 mille livres de
rente sauvée de la
débacle lui aidaient
à ses émolumts de copiste
et  XX
les dimanches, puis deux fois la semaine. – & souvent celui qui
                                                               chercher
avait fini le plutôt sa besogne venait l'autre à son comptoir.
                                            de meilleure heure
                                  et depuis dix ans il n'avait changé d'établ.
L'oncle lui avait écrit, en envoyant son portrait qu'il venait
de prendre une épouse.
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]