BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 30.
                                                                   10
Grâce à Barberou ils pénétrèrent dans les coulisses d'un petit théâtre
                                                                                            l'académie           
Dumouchel leur procura des billets pr une séance de l'institut
Ils demandaient à propos de tout des explications   s'informaient des découvertes 
                                            [illis.]                                                    & par                     
Ils s'inquiétaient* ..............[illis.].         ...... lisaient les prospectus & cette curiosi 
                                                                                                                grâce*
pour* ce besoin de grandissait leur intelligence se développa.
avec les lectures de Pécuchet, les observations pratiques de Bouvard & tout
ce qu'ils pouvaient récolter par leurs yeux, saisir dans les conversations  des
autres, apprendre n'importe comment ils accumulèrent des notions sans
                                                                                            au fond d'un horizon
Au fond d'un horizon
plus lointain
suite ni profondeur mais dépassant la moyenne ; et *cette curiosité grandissait*  
chaque jour, ...[illis.]... ils apercevaient
*leur intelligence se développa*            des choses à la fois confuses & merveilleuses
admirant
en/En
à
regardant* un vieux                      ils regrettaient                   ....[illis.]....
La vue d'un meuble ancien leur faisait regretter de n'avoir pas vécu 
                       [illis.]                                                 absolument 
à l'époque où il servait, bien qu'ils ignorassent complètement cette
                                                                                     fabriquaient dans leur 
époque-là. D'après les gravures de voyage, ils se formaient des imagination
                                                      qu'ils n'en pouvaient
des pays, d'autant plus beaux qu'ils n'auraient pu en rien préciser. Les
livres dont ils ne comprennaient pas les/le titres/e leur semblaient contenir
un grand secret. 
Quand ils voyaient une male poste
{{ la vue du marc                                      
ils ne voyaient pas le                                 
le marché aux fleurs sans* [illis.]
soupirer après [illis.].   }}
Et ayant plus d'idées, ils eurent plus de souffrances. ( Un besoin de liberté lrs
                                            au coin d'une rue  tournait    [illis.].  gonflait
tourmenta. Quand une diligence passait devant eux, leur coeur se soulevait 
                                     malle-poste  les croisait [illis.]    les plongeait dans
à l'envie de partir avec elle. Le marché aux fleurs leur faisait désirer 
                                             ...[illis.]....                     sur le quai Napoléon *
 la
habiter
                                                [illis.]
campagne.  les faisait soupirer pr la campagne.
{{ les faisait soupirer
pr la camp }
} 
Un dimanche de printemps, ils se mirent en route dès le matin. pr faire
                                                                                   Meudon
une gde promenade aux environs. [ & passant par Meudon, Bellevue, St Cloud
  auteuil [illis.]
        [illis.]
Suresnes, tout le long du jour, ils vagabondèrent dans les petits chemins
                                                                                   jardins
entre les vignes, regardèrent par la clairvoie les maisonnettes, les pelouses
                                                                                  villas
de gazon, dormirent sur l'herbe, burent  arrachèrent les coquelicots  au
                            d'av
bords des champs, dormirent sur l'herbe, burent du lait, jouèrent au tonneau
                           [illis.]/d'avoine                                                fort tard
mangèrent sous la tonnelle des guinguettes & rentrèrent au milieu de la nuit
tout poudreux
               tout     poudreux                                charmés    plusieurs fois         promenades
                                                                                                    souvent*
les souliers blancs de poussière, exténués, ravis. Ils renouvelèrent  ces excursions
                                                                                                  souvent
                              fallait                           ravis [illis.] leur
mais l'idée qu'il faudrait le lendemain retourner à leur bureau
                                                                                        au
             d'avance                                                  à leur
empoisonnait leur plaisir. -  & [ bien qu'il diminuât, à mesure qu'ils
              chaque fois  le
en us* usaient , ils regrettaient chaque fois davantage, ] & finalement
                                                            chaque fois
et ils aimèrent mieux s'en priver tout à fait.
[Transcription de François Charron]