BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 31v.
[Page entièrement barrée]
8.
                                                   marchand                                  sa mère
Il était [illis.]le fils d'un petit mercier & il n'avait pas connu morte
                                                         de 
                                     par suite d'un désastre commercial

très jeune. Son père ayant fait faillite, l'avait ret à quze ans
    tragédie
hist lugubre qui
causait encore
lui donnait encore
[illis.]
de l'effarouchement
l'épouvante
ensuite                             
fait
il avait essayé prtant
de*             états
plusieurs métiers 
                                                                                     catastrophe
retiré de pension & mis chez un huissier [illis.] un gd malheur
                                                       condamné
mais un jour les gendarmes        envoyé au/x bagne. galères  
lui survint/rent   le patron fut condamné aux galères pr faux – &
cette histoire      &
et                                   une impression lugubre et         qui
il gardait de cette histoire comme un effarouchement qui l'empêchait
l'empêchait d se produire  [illis.] maître       comm en librairie
de se produireIl avait été maître d'études, *garçon de librairie*, comptable
                                             .... [illis.].... 
                                                   mais craignant toujours de se compro

sur un bateau à vapeur [ & il restait*...................[illis.]......................par 
................. [
illis.].................  
     crainte                                                             division   séduit par

la peur de se compromettre. ] Enfin, un chef de bureau admirant son
                                    pris                                                 & il travaillait
ce* écriture, l'avait engagé comme expéditionnaire. & il s'en tenait
et il ne demandait rien de plus
travaillait en           
              ponctuellemt*
en se                                   de la retraite le soutenait
, cramponné à l'espoir d'une retraite. Mais la peur de l'hôpital
                      /ait  
                           & la conscience*/sentiment d'un [illis.] son      manquée*
                                          [illis.]   
{{  le plus ponctuellemt
possible
et
[illis.]
[illis.] sa
[illis.]
       [illis.]    }}
le tourmentait, ] & le sentiment de son instruction défectueuse avec les
                                   stimulaient sa mauvaise humeur naturelle
    désirs                         le maintenaient*              mauv humeur

besoins qu'elle lui donnait l'entretenaient dans une irritation permanente
                                    augm    *contribuait à sonirritation 
Tous       frères            
Ses quatre soeurs s'étaient fâchées avec lui, pr des raisons d'argent
 [illis.]:          complètemt                                                                  Le dimanche
– & il vivait complètement seul, sans parents, sans femmes. Pr se 
sa distraction     était d'
pr se distraire, il allait inspecter les travaux publics.
                          il allait
sa distraction du*/le dimanche
                                                                               plus
Bouvard non plus n'avait pas de famille. ses vieux souvenirs le
                       en Picardie                                  Puis
rapp reportaient dans une cour de ferme, d'où un samedi* son
Puis un hom qui était
oncle l'en avait emmené à Paris pr lui apprendre le
                                                                                  30
commerce. quand il fut majeur on lui donna 20/vingt mille
francs. alors i/Il s'était marié & avait ouvert une boutique
        [illis.]                          séduite* par le comm 
de papier/eterie. mais sa femme &/avait disparu avec le 
premier en emportant la caisse. & le reste du capital
puis son indolence       sa ...[illis.].. 
s'était fondu* par les amis, l'amour de la bonne chère, & surtout*
                       ......[illis.].....
les nombreux excès
                            emprunteurs

n'avait/ent pas tardé à finir le capital. Il ne savait que devenir*
alors mais
Quand il eut l'inspiration d'utiliser sa belle main. – & depuis
                  restait dans le même                         L'hiver précédent 
dix ans, il n'avait changé d'établissement où il était aimé à cause
                  où son caractère                                 quant à 
où l'on
aimait
de son caractère [illis.] facile. le faisait aimer. Une fois son oncle
pr
lui avait annoncé par lettre qu'il venait de prendre une épouse
et lui envoyait comme souvenir son portrait. – Bouvard
                                 sans aucune
                                         d'autres nouvelle depuis lors

depuis lors n'en avait plus entendu parler, ignorant
même                                       pas 
l'endroit de sa résidence. & n'en attendant plus rien.
avec                                                   sauvés          ruine*
[illis.] deux mille fs. de revenu, échappés à la débâcle 
         lui permettaient avec ses gages de g/copis 
& ajoutés à ses émoluments de copistes.  – il pouvait* même
                       – et d'aller tous les soirs sommeiller dans
                                                un estaminet
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]