BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 34 .
12.
                                14.
Un jour, (c'était le 23 janvier 1840/1839 & ils connaissaient depuis deux
ans, leur rencontre ayant eu lieu en 1838) Bouvard reçut à son
 comptoir
bureau* une lettre apportée par le facteur, événemnt extraordinaire dans
sa vie.
                                                                           en même que
                                                                          tout
En finissant de la lire, s/Ses bras se levèrent sa tête se renversa/it len & le dossier
de la chaise se rompit, & il tomba tout le son long, à la renverse
évanoui sur le carreau
sur le parquet
                        Les commis se précipitèrent
           le monde                                       ôta
Tous les commis accoururent. on lui retira sa cravatte, on envoya 
                                    le
chercher un médecin, croyant à une apoplexie
                                                                                           puis
C’était un simple évanouissemt, il r'ouvrit les yeux, & à toutes les 
aux                qu'on lui fait/sait
questions, il pondait en ricanant — « c'est que . c'est que . . o/Oh ! non
ce n'est pas possible. Mais un peu d'air me fera du bien. Vous
permettez, n'est-ce pas, Mr Descambos ? » & il sortit. 
                                           chevreuil          tout d'une haleine
        Avec la vitesse d'un lévrier, il courut jusqu'au ministère de la
marine. Deux ou trois fois, il s'arrêta p. respirer, se prenant la tête 
                       sentant la folie l'envahir            de se
à deux mains, croyant devenir fou & tâchant de raisonner. 
                                     qu'il de
        Il fait demander Pécuchet. Pécuchet descendit.
– Mon oncle est mort » dit Bouvard « j'hérite.
                            pâlit
        Pécuchet devint très pâle. & fut obligé de s'asseoir sur une borne
dans la cour.
                                       la lettre
Bouvard lui dit tendit un papier qui contenait ces mots.
«
X. X sur loire23/21 janvier 1840.
        Monsieur,
                                             en mon étude
Je vous prie de vous rendre, le plutôt qu'il vous sera possible en mon étude 
                                                                          Mr.                          Mr
pr y prendre connaissance du testamnt de votre père naturel, Mr Denys François 
                                          ex                     nantes/dans la ville Nantes
Bartholemy Bouvard, ancien négociant, décédé à X. le 2/15 Xbre 
                                                      olographe
1839. du mois dernier. ce testamt contient en votre faveur une
disposition importante dont je vous expliquerai les effets légaux.
En attendant l'honneur
de vous voir
        Agréez, Mr, l'assurance de mes sentimts de considération.
                                                        Lettard*, notaire. à  –
                                                        Lingeard*                      »
[Transcription de Norioki Sugaya]