BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 34v
[Page entièrement barrée]
8.
Il était le fils d'un petit marchand, & il n'avait pas connu sa mère, morte
très jeune. Par suite d'un désastre commercial, on l'avait à quze ans
                               pr le mettre
retiré de pension, & mis chez un huissier.  un jour les gendarmes survinrent
                                                              histoire tragique
et le patron fut envoyé aux galères, catastrophe qui lui causait encore
                             ensuite*                     catastrophe
de l'épouvante.  Ensuite, i/Il avait essayé de plusieurs états, élève en pharmacie
                                                à bord d'un
maître d'études, comptable sur un bateau [ à vapeur. ] Enfin un chef de
division séduit par sa bell  son écriture, l'avait engagé comme expéditionnaire
                                     de son                                      et         besoins d'esprit 
mais la conscience d'une instruction défectueu. avec les désirs qu'elle lui
donnait, irritaient son humeur, naturellement chagrine. [ Tous ses
frères s'étaient fâchés pr des motifs d'intérêt. ]  – & il vivait complétemt
          1*                  2*                                       était      2            1
seul, sans parents, sans femmes. sa distraction, le dimanche était 
d'inspecter les travaux publics.
                                                                                                                   de Bouvard
[ Bouvard non plus, n'avait pas de famille ] s/Les plus vieux souvenirs le rep*
                                                      Loire
reportaient sur les bords de la Seine, dans une cour de ferme.  un homme
                                                                        pr
qui était son oncle l'avait emmené à Paris lui apprendre le commerce
  puis                                                                                     alors il s'était 
et quand il fut majeur le dota de vingt mille francs.  Alors il avait pris
  marié & même établi confiseur
femme & ouvert une boutique de confiseur.  Six mois plus tard,
             [illis.]                                                           &La par   L'amour de
son épouse disparaissait en emportant la caisse.  Les amis, la bonne chère
les amis                                                      vite 
          2              1    avaient promptemt achevé sa ruine      mais

et surtout la paresse n'avaient pas tardé à finir le capital. alors il
                                                  promptemt                                        il restait
    l'inspiration                                             bientôt                            restait
eu l'idée d'utiliser sa belle main, & depuis douze ans bientôt, se tenait
                                                                                           /années    se tenait
                               place                                                         annonça

dans le même établissement.  L'autre hiver, son oncle lui appris 
                           prendre femme     lui                     [illis.]
qu'il venait de se marier, tout en lui envoyant le portrait, comme souvenir
                     ignorait même sa résidence
                                                          cette époque
et Bouvard, sans nouvelles depuis lors ignorait sa résidence, & n'en attendait
                             quinze             livres                    avec ses
plus rien.  Avec quinze cents francs de revenu & ses gages de copiste lui
                                                        faire sa partie de domino
permettaient d'aller tous les soirs sommeiller dans un estaminet –
X
ils s'aimèrent.  – coup de foudre.

l'expliquer.
tutoyèrent
alors          2             1
Tout de suite, ils s'étaient convenu
mutuellemt*                           
& accrochés par mille
               des fibres
                      secrète
Au milieu* d'une paisible existence
                                            eu l'importance d'u
                                          y* a été                               X   

Leur rencontre avait été une espèce d'aventure. – & ils commencèrent par
                                                                                  au bout de ques jours ils
se voir tous les dimanches, – puis trois fois la semaine. Souvent 
&                                                                          ils se tutoyèrent     
Celui qui avait fini sa besogne de meilleure heure, venait chercher
l'autre à son comptoir.
                                                                                              et il
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]