BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 35.
[illis.] = A
              *2/10*                                                                    deux
c'était le 27 avril 1839/40 & ils connaissaient depuis trois ans 
Agriculture. 44/2 - 3, 4.
Sciences 45.
Sciences littérature 46.
47. politique
              4 janvier
               il y avait 3 ans que durait leur 
                                                connaissance
la date, & date de leur rencontre ayant 
                                                avait eu lieu, en 1837/1838
        jour                              à son bureau

Un matin.  Bouvard reçoit/ut une lettre. remise* par son postier dans
apportée par le facteur
événemt extrordinaire dans ses/sa vie.
                               à
la rue
&* [illis.] son bureau
                                     – tableau dans le comptoir – on
                                              s'empresse.   « Ce n'est rien »
en finissant de la lire, ses bras
se levèrent, sa tête se renversa.
les barreaux se sa chaise se rompit
& il tomba |évanoui| tout
de son long sur le parquet.
Tous les commis accoururent
on lui retira sa cravatte.
on envoya chercher un
                 croyant
médecin. et était [illis.]
une apoplexie ? non c'était
un simple évanouissemt.
il rouvrit les yeux
but un verre
                    il s'évanouit. – puis revenu, ricane.
& à tous les questions il répondait en
                                                 ah !

en il ricane. « c'est que . que non ! ce n'est pas possible !
Mais                               c'est que
Mais            me                     »
un peu d'air lui fera du bien. & il sort. sortit.
avec la vitesse d'un          vous permettez n'est-ce pas Mr Descambos
                  comme un lévrier
Court/rut au Ministère de la Marine. – – en route, crut qu’il
                 jusqu'au                                                          craignant de
                           Ψ   & tâchait de        de temps    il      croyant devenir
                                                                                                                 fou Ψ
va devenir fou  – se raisonne.
                                                                                    Deux ou trois fois  
fait demander                                                                      il respira
appelle Pécuchet. – Pécuchet descend/it                             
il fit.                                                                                       s'arrêta pr
                                                                                                 respirer.
       – Je viens d'hériter. — « Mon oncle est mort! j'hérite. »
                                                                                                         & se prenant
               devint très pâle & fut                                                  la tête à 2 mains
Pécuchet pâlit. est obligé de s'asseoir sur une borne dans la 
                                                                                               cour.
           un papier. qui est c'était la lettre du notaire. de X
B. tend la copie du testament par lequel               
           – le texte                                                    contenant ses mots. X - -
         la lit – puis                   & lentemt « mais ..
– Pécuchet le/a retourne/a : – « c'est peut-être une farce ? » 
                           cela
– tu crois que ça peut être une farce ? 
                                    Mais dans quel but ? le timbre de la poste
           Mais non !  
                                        l'en-tête de/imprimé de l'étude, la sign. du notaire.
                                                                                 en effet Mr. B. était bien son
                           explication.                        – :   Comment l'oncle était son 
                                                                              ses antécédents* – explication
                                                                                 père, le reconnaissait pr
                                                                                  fils, & lui laissait toute sa 
                                                                                   fortune = à peu près 2 cents Ψ
                                                                                                                   mil fr.
                                                                                                           pas de terre.   
par prudence
lettre de B. au notaire.
le notaire envoie
la copie du testament.
                   dans la journée.. 
Ce qu'ils firent le soir.
de temps à autres rient – puis sont
                                              inquiets.
donc c'est bien vrai  Confirmation de la bonne nouvelle.                      
N jaunisse de B.
P. fait un voeu –
chose qu'il avoua beaucoup plus tard
Tout de suite idée de la campagne. mais/ Cependant il serait plus sage
ils conviennent d'attendre la retraite de Pécuchet. – encore trois ans.
 C'est bien long                                                 C'est convenu.
X
embarras que

        à la succession         M
met un frère grincheux.  – perplexités ! angoisses terribles 
                                        X   pendant 6 mois
Enfin tout réussit. | Dissimulent – n’en disent rien. Ce mystère ajoute 
    à leur plaisir.
    Leur projet de
La décision de se retirer à la campagne était
                et redevenue plus forte                     Ψ n'avait pas de terre.
Tout disparut devant ce rêve de campagne – & ce fut
le centre unique de leurs pensées
[Transcription de Norioki Sugaya]