BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 35v.
[Page entièrement barrée]

                                                            7.
De gros                                élargissaient
Deux favoris très rouges bordaient son visage surmonté d’un toupet
                                                                                                 triple
frisant par le pointe. Sa haute cravatte blanche avec le col de la
chemise, du gilet de velours & de l’habit noir l’engonçaient. On avait figuré
   des diamants
une chaîne d’or sur le jabot. Ses yeux étaient bridés aux pommettes
et il vous regardait avec un petit air narquois.
Pécuchet ne put s’empêcher de dire.
 «  Mais .. on le prendrait plutôt pr votre père, »             négligemment, ajouttant -
– c’est mon parrain » répondit négligemment Bouvard    ajoutant qu'il s'appe
qu’il s’appellait                             François                                      
Les noms-
Il s’appellait de ses noms de baptême : Denys François Bartholomée. Ceux
Ceux de Pécuchet étaient : Romain Juste, Cyrille ; & ils avaient le même âge,   
                                                                                                     les surprit

quarante sept ans. cette coïncidence leur fit plaisir, mais au fond les étonna
                                                    moins* 
                               jugé           moins jeune

car
chacun ayant cru l’autre plus vieux, [ce qui tenait peut-être à la
                                                        plâtré
corpulence de Bouvard & au teint jaunâtre de Pécuchet.] Ensuite, ils admirent/èrent
la Providence
         ....[illis.]....                    sont

le hazard dont les combinaisons parfois étaient merveilleuses. « Car enfin
la Pro
si nous n’étions pas sortis tantôt, pr nous promener, nous aurions pu
mourir avant de nous connaître » – & s’étant donné l’adresse de leurs
                                              une
patrons, ils se souhaitèrent bonne nuit, [mais Bouvard tira de son  
                                                  d’anisette.

porte-liqueurs un flacon de cuiraçao. 
                                                                                                    [illis.]
Pécuchet se fit prier beaucoup pr boire le second verre, alléguant qu’il
avait la tête perdue & commettrait quelque folie.]
– n’allez pas voir les dames ! » lui cria Bouvard dans l’escalier              
              Il 
il   
Pécuchet descendit les marches précipitamment, sans répondre à la
                                                          vivement
gaudriole -                                                                         
                                                                         Pécu*
[Transcription de Nicole Caron]