BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 36.
  12.
                   devint très pâle &
                                                                      une borne                      puis
                       fut obligé de s'asseoir sur un banc dans la cour – & tout
                                il rendit              tout en lisant & il dit
     Pécuchet retourna/ant le papier dans ses doigts lentemt.
                                                        lettre*                 [illis.]
         Mais...              Si

Mais si par hasard, c'était une farce ? »
                                                           reprit
tu crois que c'est une farce ! » dit Bouvard d'une voix étranglée
             pareil
qui ressemblait à un râle de moribond.
           et                                                                      le nom d'étude
       Mais dans quel but ? le timbre de la poste, l'entête de la lettre
                                                                                          et
en caractères d'imprimerie, la signature du notaire | avec son paraphe |
                                                                                          ces détails précis.
tout prouvait l'authencité de la nouvelle.
                  en effet
– Oui ! tu as raison dit Pécuchet
          Alors                                                          *sans rien dire*
            et ils regardaient pendant longtemps, avec un tremblemt d/au coin
  des lèvres                                                                         yeux
de/s la bouche – & une larme qui roulait dans leurs prunelles fixes
de la bouche
                                              pr respirer
            L'espace leur manquait. ils allaient à pied jusqu'à l'arc
                                        par le bord        marchant vite, 
                                                   de l'eau                  parlant* [illis.]gesticulant
de l'Etoile. Ils revinrent sur les quaisils marchèrent pendant
                                                .......[illis.].......           toujours
                     [illis.]      .....[illis.].....                     était très rouge
trois heures.   Pécuchet était très pâle. Bouvard empourpré
Il donna à Pécuchet                              pr*
                   coups de poing dans le dos. [illis.] & [illis.] pendant cinq minutes
à [illis.]                                                   mais                              [illis.]
             voulurent          com d'habitude ils                       déraisonna complètemt
       ils s'attablèrent pr dîner mais n'avaient pas faim.
                                                                                                                    [illis.]
                                                                                         2                          1                        

                                                                                  tout à coup        ......[illis.]......
                                                                        Puis tout à coup ils s'arrêtaient saisis
de temps à autres, un ricanemt les prenait. puis un inquiétude un étranglemt*
                                                                                    par un de*   soudain
suff* subit à leur joie. à combien pouvait se monter l'héritage ?
peut-être à la somme des
                                     avoir
le bonhomme devait être riche. au reste, Bouvard n'en savait rien.
« ce serait trop beau.  n'en parlons plus. » ils en reparlaient.
{{ cette        
Quant à la paternité 
se revélant tout à coup
pas de surprise
manifestant
c'était depuis longtemps
une chose convenue
avouée. aucun des deux
n'en fût surpris.
        témoigna
de surprise.
c'était depuis
longtemps
une chose avouée
}}
         C'était.   La première chose à faire était de rendre à & Savigny
                                   est             [illis.]
Mais cependant on a qqfois des déceptionce serait un déplacemt, des frais
de voyage inutiles.  mais rien n'empêchait d'écrire. Bouvard écrivit
                                 cependant                                           renseignements
                                                                   de prendre qq informations
                                                                                  d'avoir*
                                                                                 tout de suite
au notaire pr avoir des explications.
Mtre Tardival 
                 Mtre  au notaire    
                            X
                                 répondit poste pr poste, en lui envoyant la copie du
                                                                                          et je                                      
testament. Il était court. & finissait par ces mots « déclare donne/r à
                                                                                               [illis.]
François, Denys, Bartholomée Bouvard, qui est mon fils naturel
                                               que/dont que
reconnu, toute la fortune dont la loi me permet de disposer
      sa
en ma faveur. » la date remontait à six mois.
                                      {{                            maintenant
                                           aucun doute n'était donc possible.
                                           et l'affaire était certaine.
                                                    l'héritage positif  }}
[Transcription de Nitiwadee Srihong ]