BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 37v
[Page entièrement barrée]
9.
 dans la monot d'une pareille existence 
         la monotonie
           une                                                                          donc   pr eux
Dans cette existence monotone, l/Leur rencontre avait été une
                                      ils commencèrent par se voir
espèce d'aventure.  Pr en le renouveler, ils se virent d'abord le
tous les                 trois
dimanche, puis deu fois la semaine. – & souvent l'un des
celui qui avait fini sa besogne, de meilleure heure, venait chercher l'autre
à son comptoir.
                  cramponné                         [illis.] par                       barreaux*
Pécuchet juché sur une chaise très haute*, les talons aux [illis.]
traçait de longs caract. de sa main le menton sur la poitrine & le front en avant [illis.], tout en
                            traçant  [illis.]/[illis.]                                    & durs*
                                                             caractères symétriques et droits*
faisai/ant du bruit avec ses/son nez, des jambages réguliers et louis quatorze
                                                      traçait
à demi avachi                                                         [illis.]/[illis.]                   le bureau   &
et Louis quatorzien* Bouvard était répandu sur son pupitre les deux
écrivant en petit caract
écrivait en petite batarde
          arrondissait une batarde fine
très en deh              petite         ronde*  
coudes écartés, écrivait d'une écriture [illis.]. tout en poussant du lèvres
                                     espèce de
du bout des lèvres, un petit sifflement continu 
                                                                   Dès 
                                                         Mais sitôt que l''un paraissait
l'autre fermait vivement/vite son pupitre ; & ils s'en allaient ensemble.
précipitait ses petits pas
Pécuchet accélérait ses
& marchait près de lui
avec son buste

petits pas                      
trop large
            Malgré la différence de leur taille, leurs allures s'accordaient  
               dans les rues
Bouvard faisait de de grdes enjambées, Pécuchet précipitait ses petits pas
            &                         très basse                   chevilles
et avec sa redingotte qui lui battait sur les talons, semblait avoir*
                                         qui battait
        ne pas mouvoir
leur mouvoir les jambes & comme glissant/er sur des roulettes
sans se faire de concessions   
                                   – leurs     différences/particuliers* s'harmonisaient 

                                               [illis.]
Pour mille choses leurs goûts s'accordaient* sans qu'ils eussent
   sans se faire de concessions*               Bouvard       mangeait* du
besoin de se faire des concessions  ainsi*  fumait  aimait le fromage
                                                             pendant
et prenait régulièremt sa demi tasse, tandis que Pécuchet prisait
         aimait mieux                                               trempait simplemt*
ne mangeait au dessert que des confitures & se contentait  un
un morceau de sucre dans le café                 étourdi    généreux
                               confiant    confiant    [illis.]
canard*.   L'un était léger, bon enfant, facétieux, – l'autre distrait
réservé               distrait                        généreux
       réservé      [illis.]/farouche  ils                             tous deux
soupçonneux, pingre.   – & tous se ressemblaient par un
                                                                      touch*
certaine inquiétude native, ce vague mécontentement, ce désir
du mieux, qui est peut-être le besoin [illis.] de l'idéal
                d'une            vague*
le désir de perfection . . qui les touche*
[Transcription de Anne Riegert et Jean-Christophe Portalis]