BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 39.
13.
& que    que le marmot
craignant les embarras
par                                  
qu'il lui causerait pr s'établir.
plutôt
ne fût un obstacle
à un bon établissemt.
X     il l/'avait eu soin
                             tenu à l'écart
                                autant que possible
La rente qu'il lui faisait
servir
                          
Le bonhomme Bouvard avait eu ce fils dans sa jeunesse. –  ne l'avait
          avoué  cette paternité qui                pensant qu'il qu'il*
pas reconnu pensant que cette paternité pouvait le gêner pr s'établir 
                                                                                    lui susciter des embarras
Il
                                   un         L'enfant d'un soeur
le faisant passer pr son neveu et Bouvard tenait continuait à 
                                                          le jeune François devenu gd
                                    qu'il protégeait 
                                                           parfaitemt
l'appeler mon oncle, bien qu'il sût à quoi s'en tenir. 
                                            que sachant                             puis
Le nev*/protecteur                 enfin              acquis dans les X

Mr Bouvard avait fait s'était marié, avait fait fortune
un fort joli                   indigos
ce qu'on appelle un                      de X.
joli capital.                          une fortune
                                     
assez rondelette
                Puis Puis Les
était devenu veuf. les deux fils [qu'ils avait eu de sa femme]
                   ayant
                  avait/ent
légitime/s ayant tourné contrairemt à ses vues, les remords
lui étaient venus                                           depuis longtemps
l'avaient pris. sur l'espèce d'abandon où il avait laissé/ait son
l'avaient pris               même   même
[illis.]               
.....[illis.].....
fils bâtard & Il l'eût rappelé près de lui, sans l'influence de sa
                   elle quitta la manoeuvre/maison
cuisinière. mais celle-ci l'ayant quitté  la maison, grâce aux
                                          et                                         tourné
manoeuvres de la famille. le père Bouvard s'était tourné vers la
devenu dévôt     voulu          ses torts       léguant       au
religion. & avait cru réparer sa faute, en laissant au premier 
M                          
Le fils      
Mr                             
Son
fils Alexandre B.
n'
           n'y mit pas
l'aîné des enfants légitim avait
d'obstacle car il écrivit/écrit
à MtreTardival
qu'il respecterait
le testament
                 premières
fruit de ses amours tout ce qu'il pouvait de sa fortune. Elle 
                                   meuble et s'élevait à la moitié d'une [illis.]
consistait en biens mobiliers. Sa   – Il revenait donc à son
                                                  comptant*
million ce qui faisait pr                    50
fils le copiste à peu près deux cents mille fr. à peu près
                                                                                                     – M 
                                                Le fils aîné écrit qu'il respectera
                                                                    le testament
ainsi B. héritait 12 mille liv de rentes. cela était cetain 
                                                                                   une opposition
La confirmation de cette
bonne nouvelle plongea
une sorte
B. dans d/l'hébètemt.
ivresse tranquille.
il se répétait tout bas
paisible
avec les sourires. des ivrognes

12 mil livr de rentes  Ψ
                  à peine convalescent
puis B. fit même le
                       voyage à
& revint         à* inutilemt –
sans solution – et                 
& frais, dépense, car il
ne touchait rien – &
ne pouvait emprunter
sur sa part.
                 B 
                      Mais au moment où il croyait tenir embargo.
                    l'un écrit qu'il respectera
                                        L'autre frère                  établi à B.
*
il y avait deux fils ....[illis.].... L'un  Mr Antoine. déclara 
                                    s'il le peut
qu'il attaquerait le testament. – [ qu'il règlerait tout par les
        de justice
voies judiciaires. ] Il voulait scellés, inventaire, vente du mobilier
nomination d'un séquestre etc. 
        Déception.                                                   qui
                           Bouvard en eut une jaunisse.    
                              d'
 
Pendant six mois angoisses. terribles/abominables
alors commença une vie                   alternatives
                                                                                          Pécuchet fit secrètemt 
un voeu, et action qu'il avoua plutard.
      à la vi/Ste Vierge             beaucoup
                              faiblesse

               enfin, au bout de six mois, [après scellés & inventaires], Mr
      Etienne        s'apaisa
Antoine s'apaisa consentit à un partage [illis.] amiable
Ψ  et Pécuchet dont
la tête prtant était plus
forte n'en revenait
pas
A

alors
et Bouvard put entrer en possession de sa fortune.
quant à la paternité
                                              ils passèrent par des alternatives
                                                    de désespoir     d'exaltation
                                              d'espérance & d'abattemts. & même
                                                fit secret à la bon Vierge.
[Transcription de Nicole Caron]