BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
J
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 40. 
13 – 14.
mot qui
et ce mot indiquait
qu'il l'associait
                                                      2
(4
 
{{   P. peu jaloux
tant leur affection
était profonde    }}

Le premier cri de B. avait été
               — « nous nous retirerons à la campagne ».
Tout de suite, [illis.] la campagne.
et P. l'/avait trouvé
ce mot    
cependant il était plus sage d'attendre la retraite de Pécuchet
car  il ne voulait pas vivre tout à fait aux dépen de Bouad
        cela tout naturel.      cependant com
  tant il y avait absence
de jalousie, fusion

                   complète 



c'est convenu. – encore trois ans. – c'est bien long. – n'importe.
                 au moment où il pense de la joie.       ce fut convenu
(2)                                                 où il croyait tenir. –
     
  Mais un frère grincheux met des embarras. . . .
                                                   protesta ... menaça
jaunisse de Bouvard. Pécuchet fit un voeu, chose qu'il avoua
beaucoup plus tard. – pend
                            Pendant six mois . . . perplexités, angoisses terribles
enfin tout réussit. 
                                   (3)
          Ils dissimulent. ne disent rien. ce mystère ajoute à leur
plaisir.
       Leur projet de campagne était revenu plus fort que jamais.
ce  tout disparaît devant ce rêve. ce fut le centre unique de
leur existence.
                                                                      il ne l'avait pas reconnu par
                                                                      égoïsme.. – pensant que cette
                                                                      paternité pouvait le gêner pr
     
                                                                                                    s'établir.  (Ψ)
I                                         & avait eu dans sa jeunesse ce fils   
Le bonhomme Bouvard était un libertin. – plusieurs autres enfants, fortune
                                               égoïsme farouche            à quoi
d'un million, – longues hésitations s/– pr savoir. – enfin s'était
                                  N
                                 & tous biens mobiliers
(1)                    
    avait pris l'habitude
le faisait passer
de l'appeler        
pr son neveu            
          avait continué à       
& B. l'appelait          
mon oncle               
bien qu'il sût            
     à quoi s'en tenir.           
décidé – pas de terre. Il r/devait (par ce testament) revenir à  
son fils le copiste à peu près 2 deux cents mille francs – 
                                                                                          et      (1)
Ψ.
                                          puis Mr B.                                           était devenu veuf
      pendant que le/ce fils gdissait, il avait sa fortune. – s'était marié. avait
           
ses            de sa fem légitim qui avaient cont tourné contrairement à ses vues
           eu deux autres fils, était devenu veuf. – c'est alors que
           alors les remords lui étaient venus sur l'espèce d'abandon
                                                                    une servante mtresse*
           où il avait laissé son fils Bouvard, avait même hésité
             et il l'eû
            à le rappeler près de lui. enfin se voyant
           sans les l'influence de sa cuisinière avec laquelle il couchait
           mais celle-ci ayant fini par quitter la maison grâce
                                                                                   pris
           aux manoeuvres de la famille le père B. s'était tourné
                     de sentimt                                                  
           vers les idées religieuses et avait cru réparer sa faute en
                                                                                        ce qu'il pouvait
             laissant au premier fruit de ses amours – la moitié de
                                                       sa fortune. Elle consistait
                                                                                  en biens
                                                                                      mobiliers
                                                                                                          M
[Transcription de Nicole Caron]