BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 40v.
[Page entièrement barrée]
                     I.
Ψ                          ainés* – à peine
        
     était* établi
Les soeurs mariées à des
hommes avec qui il
        s'était/ent fâché avec 
                           
son enfance avait
sur des                     
questions d'a/intérêt

                                                      phytisique 
                                                           très
                                                     phthisique & dévot les
                                                                  qui                     tous

Il était le fils d'un petit mercier. son père veuf  le menait le dimanche   
au cimetière Montmartre     – morte en accouchant à [illis.]/de lui 
prier sur la tombe de sa mère. puis avait fait faillite . l/Ses soeurs. 
& deux ans
après sa
naissance
Il avait 15 ans que
son père
 tout à c.
                  [illis.] la          à quatorze ans,
   Puis avait fait faillite.          bien qu'il eût des aptitudes au travail

malingres. on l'avait retiré de pension à quatorze ans &
ayant fait faillite         lequel  
         clerc                      [illis.]        condamné au galère
Compagnie d'assureurs
placier de vin            
Sauvagerie               
et mis   chez un      qui avait comparu en jugemetjustice.  
                                                                              P. avait figuré com

puis clerc  huissier.  compromis à tort, dans une affaire de X 
par suite de son
caractère
                                              [illis.]
                                                d'effarouchement
témoin
, & cette affaire-là                        ineffaçable        difficile
qui  lui avait laissé une impression funeste. – caractère aigri
ambition d'être
savant                   peur de la misère
 
mais* [illis.]  mais         et sauvage
 jeunesse/éduc
première   à la fois
trop incomplète   naïf et soupçonneux
– de l'esprit        [illis.]
                  
            
regrets. peur de la misère
                                                sinistre   d'où son       l'avait fait chasser
Puis, n'ayant pas le moyen de s'instruire
 il avait été successivement dans plusieurs maison          –  solitaire
                                                                    où il se tenait
                                                                                espérant sa retraîte
.
Enfin par X. échoué à la marine comme expéditionnaire Ψ
comme distraction inspectait les travaux publics, & vivait solitaire
                                             .  sa distract était, le di d'inspecter
sans femme, sans parents.   commeil avait besoin de mouvem 
                                             eu de famille
Bouvard n'avait jamais connu le sien.  Ses plus vieux souvenirs
le reportaient en Picardie                   en Picardie
le ramenaient dans une cour de ferme, où l/de temps à autres un
                timide*                                                                qui
X   avait acquis l'instruction
qu'on ramasse dans Paris
n'importe
         un gd [illis.]
comment       
              comm*
                        
Puis puis petit garçon
chez [illis.]                       
         qui l'employait
monsieur venait le voir.  il apprit plus tard que ce mr était 
                       qui              placé                 pr lui apprendre        le &
son oncle. – on l'avait envoyé à Paris, dans le commerce. – 
                                   courses
employé à faire les commissions
                                           X   À sa majorité

commis, m  à sa majorité       il avait reçu 20 mille fr.  s'était
marié, & avait ouvert une boutique de       décampé avec le 1er garçon emportant une
[illis.] de papeterie                                                         partie du capital
très             
paresseux
établi & marié.   sa femme l'avait trompé, & était morte.   Puis
                                                                                            d/les empruns* 
avait mangé son capital, par sa négligence, ses prêts, & amour
                                                                      X Enfin 
                          avait mangé son capital, ne sachant rien du tout
     il                           
X    avait pris femme
en lui annonçant
en lui envoyant
    qu'il n'avait rien
         en                  
        à attendre.., sauf*
de la bonne chère. il était réduit à être copiste avec une pension
                                    s'était vu        employer sa belle main.
                                        X
      Quand à son oncle, rien que                         qu'il lui envoyait  

de X  ;    que lui faisait son oncle.  Le portrait. –           [illis.]     
                                                                                            moins gai en dessous
                                                                         et B.                        qu'en
Aucune relation avec lui.     –  sommeillait le soir au café.
                           non                                                             apparence
& il   –  ne savait plus où il vivait.  
                                        – apathique sommeillait le soir au café
               si bien que leur vie aujourd n'était pas gaie.  – & donc
une                         
Dans
Ainsi leur
leur vie monotone
rencontre avait été     une espèce d'aventure
  X  diverses maisons cette amitié nouvelle fut un gd événement.     leur vie eut
                 pr
ils voulurent en renouveler le plaisir l'agrément        et
dès lors un but, leur coeur une occupation.      D'abord ils se
          tous les dimanches, puis                                         souvent
virent deux fois la semaine   – puis tous les jours  – et celui
qui avait le plutôt fini sa besogne, venait chercher l'autre
à son comptoir.
[Transcription de Anne Riegert]