BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 42v.
[Page entièrement barrée]
9.   
                 en fronçant les sourcils
                                    baissé

Pécuchet le menton sur la poitrine, et tout en faisant du bruit avec son nez
ils venaient
à tour de rôle, et
un peu avant l'heure
                         prendre
ils venaient se chercher

tous les jours                       
à                                   
allignait                                                           droits                étendu 
traçait de longs caractères symétriques & durs. Bouvard à demi couché sur
le bureau & les deux coudes en dehors arrondissait une batarde fine, tout
                                                           son
                             bord                     un petit
en poussant du bout des lèvres, une espèce de sifflement continu. dès que
                                                                                              bras dessus bras dessous
dans leur comptoir dès que l'un paraissait, l'autre fermait son pupitre, & ils s'en allaient côte à côte
                                                         1                                    tandis que*
les rues    marchait     2       marchait à                         tandis que*
dans les rues Bouvard faisait dans les rues, de grandes enjambées. Pécuchet multipliai/nt
              semblait                      qui lui                              et*
les pas, & avec sa redingotte lui battai/nt les talons, semblait glisser sur
comme[illis.]                                                                         bien que différents
                     De même             particuliers                        Ainsi                 la pipe

des roulettes.  Leurs goûts respectifs s'harmonisaient  Bouvard fumait, aimait
                  et
beaucoup   et   
le fromage & prenait régulièrement sa demi-tasse,  | pendant que | Pécuchet
beaucoup
prisait, ne mangeait au dessert que des confitures & trempait un morceau
de sucre dans le café. L'un était confiant, étourdi*, généreux. L'autre discret,
méditatif, économe.
Autant par vanité que p/Pr lui être agréable, Bouvard voulut faire faire
                                                                                      ancien comm voyageur
à Pécuchet la connaissance de Barberou.  c'était un boursier, très bon enfant,
                                                                              actuellemt*
                                                                        langage    
patriote, ami des dames, & qui affectait le genre faubourien. Pécuchet le
                                                                                                                artiste*
trouva déplaisant. & il conduisit Bouvard chez Dumouchel. Cet écrivain
                                                                                                               savant
(car il avait publié une petite mnémotechnie) donnait des leçons de
littérature dans un pensionnat de jeunes personnes, avait des opinions
                          une       sérieuse
orthodoxes, & la tenue sévère  & relevait dans toutes les phrases dites ou
imprimées une masse de fautes de français
. Il ennuya Bouvard  
                                                   à l'autre
Aucun des deux n'avait caché son opinion. Chacun en reconnut la
                [illis.]                                   son
justesse, & tout doucement, lâcha l'ancien ami pr le nouveau.
Leurs habitudes changèr
Par un échange de petits devoirs, ils se lière* lièrent davantage. –
et quittant leur pension bourgeoise finirent par dîner ensemble
tous les jours.
Ils faisaient des réflexions sur les pièces de théâtre dont on parlait, sur
                     [illis.]                             les    [illis.] sur
le gouvernement, la cherté des vivres les fraudes du commerce  De temps à
temps                                             [illis.] de                         de temps en temps
autre ou l'affaire du collier ou le procès Lesurque revenait dans leurs discours
– & puis, ils cherchaient les causes de la Révolution française.
[Transcription de Sandra Glatigny]