BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 45v.
[Page entièrement barrée]
                                                                     10.                                                
grâce à Barberou, ils pénétrèrent dans les coulisses d'un petit théâtre. Dumouchel
leur procura des billets pr une séance de l'Académie. Ils s'informaient des
découvertes, ils* lisaient d/les prospectus & par cette curiosité leur intelligence  se  
                                                                                                                                 développa.     
          Au fond d'un horizon plus lointain chaque jour, ils apercevaient des choses
à la fois confuses & merveilleuses.
     admirant
En.
..[illis.]...                                                                                        à l'époque
....[illis.]...  un vieux meuble, ils regrettaientde n'avoir pas vécu dans le
temps où il servait, bien qu'ils ignorassent absolument cette époque-là.
D'après les gravures de voyage, ils se fabriquaient dans leur imagination, des
pays d'autant plus beaux qu'ils n'en pouvaient rien préciser. Les ouvrages
                                2              1
dont les titres, pour eux, étaient intelli inintelligibles leur semblaient contenir
un grand mystère.
grâce                   Et ayant plus d'idées, ils eurent plus de souffrances. Quand une malle-poste les
                                         éprouv
                              ils sentaient le besoin    sous le besoin   et la vue  du       
croisait dans les rues, leur coeur se gonflait à l'envie*de partir  & marché
                                                              ]                                          La vue
les faisait soupirer pr la campagne. 
                         de printemps
Un dimanche de printemps, ils se mirent en route dès le matin. – & passant par
Meudon, Bellevue, Suresnes, Auteuil, tout le long du jour ils vagabondèrent entre les
vignes, arrachèrent les coquelicots au bord des champs, dormirent sur l'herbe, burent
                                          les acacias                                                                     poudreux
du lait, mangèrent sous la tonnelle des guinguettes, & rentrèrent fort tard, exténués
                                                              souvent
exténués, ravis. Ils renouvelèrent plusieurs fois ces promenades. Mais les lendemains
                 accablants          finirent par s'en priver
étaient si funèbres qu'ils aimèrent mieux s'en priver tout à fait.
                  lugubres
des choses La monotonie de leur besogne devenait intolérable. Perpétuellement le grattoir
et la sandarac, le même encrier, les mêmes plumes & les mêmes compagnons.Les
jugeant stupides, ils leur parlaient de moins en moins. Cela leur valut des taquineries.
à la fois
confuses
Ils arrivaient tous les jours après l'heure & reçurent des semonces.
             Autrefois                                                                                                        métier
    Avan t de se connaître, ils supportaient patiemment l'existence. Mais leur profession
                                                                                                                                            ce
les humiliait depuis qu'ils s'estimaient davantage. – & ils se ren forçaient dans leur
               se démoralaisaient                                                  g  gag 
dégoût, s'en allaient mutuellement, se gâtaient. Pécuchet contracta la brusquerie
                                               un peu                                        gagna
de Bouvard. Bouvard prit qqchose de la morosité de Pécuchet.
  J'aimerais mieux être J'aimerais mieux être
— « J'ai envie de me faire saltimbanque sur les places publiques » disait l'un 
    Autant être chiffonier                s'écriait
Mieux vaudrait labourer la terre » s'écriait* l'autre.
            abominable
Quelle abominable position ! & nul moyen d'en sortir                 pas même d'espérance
       comment sortir d'une pareille situation. nul moyen  Qqfois  ils en
suffoquaient.
Un après-midi ( c'était le 20 janvier  1839 ) Bouvard, étant à son comptoir,
reçut une lettre apportée par le facteur.
                                                            peu à peu                     
                                                            peu à peu                   peu à peu                                     
En finissant de la lire, ses deux bras se levèrent, sa tête peu à peu se
renversait – & il tomba tout de son long, / évanoui sur le carreau
[Transcription de François Charron]