BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 46v.
[Page entièrement barrée]
11.
                       copiste                                                                         et
Le métier de scribe leur devenait intolérable. Toujours le canif, le grattoir
la sandarac, la boîte à poudre, le même encrier, les mêmes plumes, & les
                                                               [illis.]
mêmes compagnons ! Les jugeant stupides ils leur parlaient de moins en
                                                             trop bêtes
           et                                                       & même
moins. cela leur valut des taquineries. le garçon de bureau se montra
   fort
même insolent. [Bouvard qui travaillait vautré sur son pupitre les coudes
en dehors & en sifflottant, était si ennuyé de transcrire les factures qu'il
                                                             dans son fauteuil de paille
en négligeait sa fine bâtarde. Pécuchet le menton sur la poitrine & tout
                                                                                                                     des
en faisant du bruit avec son nez n'allongeait plus comme autrefois ses jambages
                                                                                          tous les jours
symétriques & bâclait les circulaires]. Ils arrivaient toujours après l'heure &
et reçurent des semonces.
                autrefois                                                                             cependant
Avant de se connaître, ils supportaient patiemment l'existence. Leur amitié
la rendait plus douce cependant, & ils se trouvaient à plaindre. Pourquoi cela.
                                                                      depuis qu'ils
C'est que leur profession les humiliait. ma Car maintenant ils s'estimaient
                                                                              tâchait d'en dire beaucoup de mal
                  chacun                           sa                                         accentua*
davantage. Pour marquer mieux leur supériorité & ils exagéraient leur dégoût
    s'excitaient   & s'exaltaient             se gâtai   ils se renforçaient dans
et s'exhalaient mutuellement, se gag gâtaient. Pécuchet contracta
    s'exhaltaient
la brusquerie                                           qq chose
l'étourderie de Bouvard. Bouvard prit un peu de la morosité de Pécuchet.
la brusquerie
— J'ai envie de me faire saltimbanque sur les places publiques, » disait l'un
— mieux vaudrait labourer la terre » s'écriait l'autre.
                                                                                                             moments
                                                                                   en de certains jours
et pas moyen de sortir d'une pareille situation. Qqfois, ils en suffoquaient
                moral
leur état d'esprit finissait par les inquiéter.
[Transcription de Joëlle Robert ]