BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 47.  
14.
                                                                   d'abord
Pour savoir où s'établir, ils passèrent en revue toutes les provinces
Le Nord était fertile, mais* mais trop froid, le Midi enchanteur par 
                                                     vu
[illis.]/par son                          vu   l
son climat, mais désagréable  par ses moustiques. la Bretagne & le Centre
franchemt       n'avait*                                                  leur     plu   plu séduit
véritablemt véritablement n'offrait rien de curieux. La Bretagne les aurait séduit
plu        
convenu
n'offrait            [illis.]                                                                    convenu
sans l'esprit énervant* – sauvage

n'était le fanatisme des habitants. Quant aux régions de l'e/Est, à
le ...[illis.]... [illis.]
                                qu'on y parlait .[illis.]. inutile d'y penser  restait
cause du patois germaniques/e, il n'y fallait pas songer. Il y avait encore
restait
restait
                                                                                                         le Roumois
d'autre pays. qu'était-ce par exemple que le Buget, le Forez, la Bresse
et où se trouvait situé le Roumois? Les cartes de géographie n'en
disait/aient rien. Du reste, que leur maison de campagne fût dans tel
                                                                                   en               une
endroit ou dans tel autre, l'important c'est qu'ils l'auraient. une cela
était .[illis.]. Elle ne leur manquerait pas.                                           d'une
                                      en                                                         au bord de plate-bande
Déjà Déjà                  en                                                         debout
Déjà
, ils se voyaient, avec leur gd/s chapeau/x de paille, au milieu du jardin
                                               en                                                  arrosant
émondant les rosiers,  – & bin/bêchant, binant, grattant, charriant de l'eau
transportant                                     tulipes
maniant* de la terre, Dépotant des fleurs. Ils se réveilleraient au chant
                                                                                                          abattre
                                                                                                         [illis.]
de l'alouette, pr suivre les charrues, iraient avec une gaule abattre
les noix, avec un panier cueillir des pommes, lier les gerbes
les pommes, regarderaient faire le beurre, battre le grain, tondre les moutons 
                                ..[illis.]..                           [illis.]
                                regardant
lier les gerbes traire les vaches – et se délecteraient à la senteur des pressoirs & au bruit du lait qui tombe
au mugissement des boeufs
& ... – & à la senteur des foins
[illis.]/coupés.
                                                    Plus de considération ni d'égard –
dans les sceaux de fer blanc. . Plus d'égards & pr personne plus d'écritures
                                                              de considérat pr quoi que ce soit
                                                                                            seraient dans leur
car ils vivraient dans
leur
plus de chefs, plus même de terme à payer ! – Car ils auraient un domicile
domaine                     les poules de leur basse-cour – des fruits de
           et                                                                 [illis.]

à eux, & ils mangeraient leurs propres légumes. .......[illis.]...... boiraient
leur jardin         vendange                                      [illis.] avec des légumes
le vin de leur récolte. & dîneraient en gardant leurs sabots. « nous ferons
tout ce qui nous plaira. nous laisserons pousser notre barbe. » 
                                                     de taire
                   Ils s'étaient jurés de ne rien dire de leur plan. mais ils
avaient          mais leur phy           mais       physion*            si bien que
éprouvaient une telle satisfaction que leur ..[illis.].. rayonnait. alors
aussi
aussi
leurs                                 -ils                                               travaillait
collègues les trouvaient « tout drôles ». Bouvard qui écrivait répandu
                                         -ils
sur son pupitre, & les deux coudes en dehors pr mieux arrondir sa bâtarde,
                                 que jamais
poussait plus fort que so son espèce de sifflement, tout en clignant 
              malicieux/malin
d'un air malicieux, ses lourdes paupières. Pécuchet huché sur un
gd gd                                   traçait                                             gds
gd haut tabouret de paille allongeait comme d'habitude les longs
                                                           pinçant et [illis.] gonflait
dilatait*
com*
jambages de son écriture française mais pinçait* ses narrines
                                                                          en
en serrant                                ayant      s'il avait eu peur
et se pinçait/çant les lèvres comme un homme qui a peur de
               fuir laisser fuir                     dans la peur
laisser échapper un secret –
              lâcher son
{{                                                                                        que
                                                   
Il devenait si réservé pend deux
[ p/Pendant tout un trimestre, deux fois la semaine, il cacha même à Bouvard
l'emploi de sa soirée. Puis il l'émerveilla par une théorie sur la taille
des arbres. Il avait suivi un cours de jardinage].              }}
[Transcription de Nicole Caron ]